Monde

Syrie: Trois civils tués par les forces de sécurité

Deux civils ont été tués dimanche par les tirs des forces de sécurité dans la région de Hama (nord), un des fiefs de la contestation contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, et un troisième près de Deir Ezzor (est), a annoncé l'OSDH dans un communiqué.

«Deux civils ont été tués dimanche à l'aube par les tirs des forces de sécurité dans la localité d'al-Madiq, dans la province de Hama, et leurs funérailles se sont transformées en une manifestation massive appelant à la chute du régime», a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne.

La ville rebelle de Hama, à 210 km au nord de Damas, a connu en juillet des manifestations ayant rassemblé des centaines de milliers de personnes, mais les protestations ont été réprimées par des opérations militaires d'envergure.

Par ailleurs, le doyen de la faculté de pétrochimie à Homs, Mohammad Khaddour, a été kidnappé, et un officier qui tentait de le sauver a été tué par des tirs d'inconnus, selon l'OSDH.

A Mayadine près de Deir Ezzor, un civil a été tué et deux autres ont été grièvement blessés par des tirs d'agents de sécurité, selon la même source.

Les forces de sécurité pénètrent dans la région de Deraa

Par ailleurs, des forces militaires et de sécurité sont entrées dimanche dans des villages de la région de Deraa (sud), berceau de la contestation.

«Les forces militaires ont entrepris de lever les barricades posées par les habitants dans les localités de Daël et Ibtaa», a indiqué l'OSDH qui a annoncé que la région de Deraa connaît une grève générale depuis quatre jours.

Les corps de trois personnes ont été remis à leurs parents à Homs et dans la la province d'Idleb (nord-ouest).

Parallèlement, les militants pro-démocratie qui se sont félicités du sort du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi capturé et tué jeudi après huit mois d'insurrection en Libye, ont appelé à de nouvelles manifestations dimanche dans tout le pays sous le slogan «C'est ton tour», en référence à Assad.

L'Union européenne va de nouveau appeler dimanche le président Assad à «quitter le pouvoir pour permettre une transition politique», en condamnant la «brutale répression» menée par son régime depuis la mi-mars d'après un projet de déclaration finale, qui doit être adoptée à l'issue d'un sommet des dirigeants européens réunis à Bruxelles.

Par ailleurs, le président Assad a promulgué un décret nommant deux nouveaux gouverneurs: Yasser Salmane al-Choufi dans la province d’Idleb et Hussein Makhlouf Makhlouf dans la province de Damas, selon la télévision gouvernementale.

Samedi, 12 personnes ont péri en Syrie dans la répression de la contestation et dans des accrochages entre militaires et déserteurs présumés. La répression de la révolte populaire, lancée mi-mars, a fait plus de 3.000 morts selon l'ONU.