Libye: La mort de Kadhafi intrigue, son lieu d'enterrement divise

MONDE ARABE Au lendemain de la mort de l'ancien dictateur libyen, l'ONU a demandé une enquête sur les circonstances exactes de son décès...

Nicolas Beunaiche, avec Reuters

— 

Une jeune Libyenne devant la file d'attente de ceux qui viennent voir le corps de Mouammar Kadhafi, le 21 octobre 2011, à Misrata.
Une jeune Libyenne devant la file d'attente de ceux qui viennent voir le corps de Mouammar Kadhafi, le 21 octobre 2011, à Misrata. — REUTERS/Saad Shalash

La Libye est bientôt libre. Au lendemain de la mort de Mouammar Kadhafi, les nouvelles autorités libyennes ont précisé qu’elles annonceraient la libération officielle du pays dimanche, malgré les incertitudes sur le sort de la dépouille de Mouammar Kadhafi et sur les circonstances de sa mort.

>> Revivez les événements de ce vendredi dans la Libye post-Kadhafi par ici

Prévu jeudi, puis vendredi, puis samedi, le «discours de libération» sera finalement prononcé dimanche à Benghazi, berceau de la révolution, par le président du Conseil national de transition (CNT) Moustapha Abdeljalil. Il marquera le début du calendrier vers l'établissement d'un régime démocratique. «Ce sera une annonce publique, je pense sur la grand'place de Benghazi, par Moustapha Abdeljalil», a déclaré le ministre de l’Information.

Libre, la Libye le sera également de l’Otan dès la fin du mois d’octobre, a annoncé à Bruxelles le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen. «Nous avons constaté que nos opérations étaient très proches d'être achevées et nous avons pris une décision préliminaire, celle de mettre un terme le 31 octobre à la mission», a-t-il dit lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion des ambassadeurs des pays membres de l'Alliance.

Jusqu'à cette date, a-t-il poursuivi, «l'Otan surveillera de près la situation et conservera sa capacité à répondre à toute menace contre les civils». Une décision officielle sur la fin de la mission sera prise en début de semaine prochaine, a ajouté Rasmussen. «Je suis très fier de ce que nous avons accompli avec nos partenaires», a-t-il dit.

Le lieu d'enterrement de Kadhafi divise les dirigeants libyens

La mort de Mouammar Kadhafi, elle, continue de susciter des interrogations. Le Premier ministre du gouvernement intérimaire, Mahmoud Djibril, assure que Kadhafi a succombé à une blessure par balle à la tête reçue lors d'une fusillade entre ses gardes et les combattants du CNT, alors qu'il était transporté vers un hôpital.

Mais une nouvelle vidéo, le montrant ensanglanté et battu par ses gardes, laisse penser qu'il a été exécuté. On peut entendre un homme qui demande de le «laisser en vie», puis Kadhafi disparaît de l'image et des coups de feu éclatent. «Alors qu'il était en train d'être emmené, ils l'ont battu et ensuite ils l'ont tué, a dit à Reuters une source de haut rang au sein des nouvelles autorités. Il a peut-être résisté.» Un scénario qui intrigue en tout cas l’ONU, dont le Haut commissariat aux droits de l’homme a demandé une enquête sur les circonstances de la mort de l'ancien dirigeant.

La dépouille de Mouammar Kadhafi se trouve actuellement dans une chambre froide qui conserve habituellement de la viande et d'autres produits frais près du vieux marché de Misrata. Une source haut placée dit à Reuters que les nouveaux dirigeants du pays sont divisés sur le lieu de l'enterrement: «Selon le rite musulman, il doit être enterré rapidement mais ils doivent trouver un accord pour savoir s'il sera enterré à Misrata, Syrte, ou ailleurs.»

Selon un haut responsable des forces du CNT, des membres de sa tribu, les Kadhafa, discutent de la possibilité de récupérer son corps pour l'enterrer dignement, procédure qui respecterait une tradition déjà observée pour Saddam Hussein. Mais le CNT souhaiterait que Kadhafi et son fils Moutassim, également tué jeudi, soient inhumés en un lieu secret, à l'inverse de l'ancien dictateur irakien, pour empêcher que son tombeau devienne un lieu de pèlerinage.