Murdoch attaqué en assemblée générale chez News Corp

Reuters

— 

Le PDG de News Corp, Rupert Murdoch, a dû faire face vendredi à des actionnaires en colère lors de l'assemblée générale annuelle du groupe de presse et de cinéma.

Des représentants de grands fonds de pensions britanniques, américains et australiens ont critiqué les pratiques de News Corp après le scandale des écoutes téléphoniques du défunt tabloïd britannique News of the World. Le député britannique Tom Watson, un des membres de la commission parlementaire d'enquête chargée d'établir les responsabilités dans cette affaire, a fait le voyage jusqu'à Los Angeles pour l'AG de vendredi. Il représente 1.669 actions sans droits de vote détenues par le syndicat AFL-CIO. «Je veux que les investisseurs institutionnels n'aient aucun doute sur les faits criminels qui ont eu lieu dans cette société», a déclaré Tom Watson.

«Je vous le promets absolument : rien de nous arrêtera pour aller au fonds de cette affaire», a répondu Rupert Murdoch en se montrant très pugnace pour défendre son groupe. Avant l'AG, Tom Watson avait indiqué que les actionnaires devaient comprendre qu'un conglomérat de 32 milliards de dollars comme News Corp ne pouvait continuer à être géré comme «un affaire familiale qui ne fonctionne pas».

Mais comme Rupert Murdoch détient 40% des actions B à droit de vote de News Corp et qu'il est soutenu par le deuxième actionnaire, le principe saoudien Al Walid bin Talal, il est improbable que le PDG, ses fils James et Lachlan, ou aucun autre administrateur ne soit pas réélu au conseil d'administration. Mais une reconduction avec un nombre de voix inférieur à l'habitude pourrait entraîner un remaniement du conseil dans les mois prochains. Certains actionnaires ont demandé que Rupert Murdoch renonce à la présidence du conseil d'administration de News Corp.