Le président américain, Barack Obama, le 21 octobre 2011 à la Maison Blanche, à Washington.
Le président américain, Barack Obama, le 21 octobre 2011 à la Maison Blanche, à Washington. — J.ROBERTS / REUTERS

MONDE

Irak: Barack Obama annonce le départ des soldats américains d'ici la fin de l'année

Cela mettra fin à près de neuf années d'un conflit engagé par George W. Bush...

Le président Barack Obama a annoncé ce vendredi le retrait des quelque 39.000 soldats américains encore stationnés en Irak d'ici à la fin de l'année, mettant fin à près de neuf années d'un conflit engagé par son prédécesseur George W. Bush en mars 2003.

«Après près de neuf années, la guerre menée par les Etats-Unis en Irak sera finie»

«Aujourd'hui, je suis en mesure d'annoncer, comme promis, que le reste de nos troupes présentes en Irak rentreront d'ici à la fin de l'année. Après près de neuf années, la guerre menée par les Etats-Unis en Irak sera finie», a déclaré Barack Obama lors d'une allocution à la Maison Blanche.

L'annonce de Barack Obama est survenue après une visioconférence entre lui et le Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki et l'échec des négociations visant à maintenir des troupes américaines sur place. La date du départ des troupes à la fin de l'année faisait déjà l'objet d'un accord intervenu en 2008 entre les deux pays. Mais Washington et Bagdad négociaient afin de maintenir un contingent de quelques milliers d'hommes afin de former des soldats irakiens.

«Désactivation» de la division du nord du dispositif américain en Irak

Les négociations butaient notamment sur le statut juridique des troupes américaines après 2011. Washington exigeait une immunité totale pour ses militaires, les mettant à l'abri de toute poursuite judiciaire en Irak, ce que Bagdad refusait. Ce point constitue «un obstacle majeur» dans les négociations avec Bagdad, avait reconnu lundi un haut responsable américain de la Défense.

L'annonce de Barack Obama survient au lendemain de la «désactivation» de la division du nord du dispositif américain en Irak, au coeur d'un conflit entre les autorités centrales du pays et celles de la région autonome du Kurdistan. Ce conflit est souvent présenté par les Américains comme l'un des principaux risques pesant sur la stabilité à long terme de l'Irak. Barack Obama a annoncé que Nouri Al-Maliki se rendrait à la Maison Blanche en décembre, au moment où les deux pays reprendront des relations normales entre Etats souverains.