Décès de Marie Dedieu: Les ravisseurs cherchent à vendre sa dépouille, affirme Longuet

MONDE La mort de l'otage française détenue en Somalie a été officialisée mercredi par le ministère des Affaires Étrangères...

© 2011 AFP

— 

Marie Dedieu et son compagnon kényan, John Lepapa.
Marie Dedieu et son compagnon kényan, John Lepapa. — REUTERS/Handout

Le ministre français de la Défense Gérard Longuet a déclaré ce jeudi que les ravisseurs de Marie Dedieu, otage française en Somalie dont la mort a été officialisée mercredi, cherchaient «à vendre sa dépouille». Le ministre de la Défense a toutefois précisé que l'armée française ne mènerait pas de «représailles».

 

«Les preneurs d'otages cherchent même à vendre la dépouille, c'est le comble de l'abjection», a déclaré le ministre sur I-Télé. Cependant, la France ne mènera pas de représailles, a ajouté Gérard Longuet, car les preneurs d'otage ne sont qu'une «petite bande».

Marie Dedieu, âgée de 66 ans, souffrait d'un cancer et d'insuffisance cardiaque, et était de surcroît handicapée. Elle avait été enlevée par un commando à son domicile sur l'île de Manda au Kenya, dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre, et retenue en Somalie depuis cette date.