Yémen: Saleh exige des garanties avant de quitter le pouvoir

Reuters

— 

Le président yéménite Ali Abdallah Saleh a exigé mercredi des garanties de la part des Etats-Unis, de l'Union européenne et des pays du Golfe avant de signer le plan de transition prévoyant le transfert de ses pouvoirs à son vice-président. Il n'a pas précisé la nature des assurances souhaitées.

Confronté depuis janvier à de vastes manifestations réclamant son retrait, Ali Abdallah Saleh a déjà refusé à trois reprises d'endosser le plan élaboré par le Conseil de coopération du Golfe (CCG) pour mettre fin à la crise dans laquelle est plongée le Yémen. Ce plan prévoit un transfert des pouvoirs à son vice-président dans l'attente d'élections législatives et présidentielle.

Saleh, revenu dans son pays le 23 septembre après quasiment trois mois de convalescence en Arabie saoudite à la suite d'une attaque contre son palais présidentiel, bénéficierait en outre d'une immunité. «Maintenant que le président est revenu, ils disent que ce n'est pas la peine que le vice-président signe. Très bien, je suis prêt à signer», a déclaré Ali Abdallah Saleh lors d'une réunion avec des responsables de son parti, retransmise à la télévision.

«Mais apportez des garanties pour la mise en oeuvre de ce plan. Nous voulons d'abord des garanties du Golfe, puis des garanties européennes et troisièmement des garanties américaines», a-t-il ajouté. Ali Abdallah Saleh a déjà prévenu qu'il refuserait de laisser le pouvoir à ses adversaires.