Afghanistan: Le meurtrier du demi-frère de Karzaï n'était pas un taliban

— 

L'homme qui a tué le demi-frère du président afghan Hamid Karzaï il y a trois mois l'a fait pour des raisons personnelles et n'appartenait pas au mouvement des taliban, a déclaré samedi un haut responsable de l'Otan.

L'enquête sur la mort d'Ahmad Wali Karzaï à son domicile de Kandahar en juillet dernier montre que le garde du corps qui l'a tué venait d'apprendre qu'il serait sanctionné pour mauvaise conduite et qu'il a abattu Karzaï pour éviter d'être publiquement humilié, a expliqué ce responsable.

Le tueur était le chef d'une unité chargée de superviser les points de contrôle dans la région de Kandahar. Il avait été dénoncé auprès de Karzaï pour des mauvais traitements infligés à des habitants. Garde du corps respecté et expérimenté, il connaissait sa victime depuis une dizaine d'années et a été immédiatement abattu par ses confrères.

«Il n'y avait aucun mobile politique. Ce n'est pas un coup de maître des insurgés», a déclaré le responsable de l'Otan, resté anonyme. Les taliban ont revendiqué le meurtre d'Ahmad Wali Karzaï, ancien chef du conseil provincial de Kandahar, personnage aussi influent que controversé, comme ils ont revendiqué l'assassinat de l'ancien président Burhanuddin Rabbani ou du gouverneur de la province de Kunduz, responsabilités que l'Otan ne met cette fois pas en doute