L'avertissement d'Obama au Pakistan «n'aide pas l'Afghanistan»

Reuters

— 

Les mises en garde de Barack Obama sur les contacts «troublants» entre Islamabad et des militants nuiront aux efforts visant à stabiliser l'Afghanistan et alimenteront le sentiment anti-américain dans la région, a déclaré ce vendredi un parlementaire pakistanais de haut rang. «Cela n'aide ni les Etats-Unis, ni l'Afghanistan, ni le Pakistan», a dit Salim Saifullah, qui préside la commission des Affaires étrangères du Sénat pakistanais.

«Le gouvernement (pakistanais) va être mis sous pression pour sortir de cette guerre (contre les groupes armés)», a-t-il ajouté. Dix ans après le début de l'intervention étrangère en Afghanistan, les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan se sont considérablement dégradées ces derniers mois.

La coopération bilatérale se poursuit «dans de nombreux domaines»

La mort d'Oussama ben Laden, tué en mai par un commando américain en territoire pakistanais, a été dénoncé par Islamabad comme une violation de sa souveraineté tandis que Washington, s'étonnant que le fondateur d'Al Qaïda ait pu vivre des années dans la ville-garnison d'Abbottabad, s'interrogeait sur la fiabilité des autorités pakistanaises dans la lutte contre les extrémistes islamistes. Lors d'une conférence de presse, Barack Obama a assuré jeudi que la coopération bilatérale se poursuivait «dans de nombreux domaines» avec Islamabad.

Le président américain a également souligné que les récents succès obtenus dans la traque des dirigeants d'Al-Qaida n'auraient pas été possibles sans le concours d'Islamabad. Mais, a-t-il ajouté, le Pakistan s'est toutefois montré plus «ambivalent» en ce qui concerne certains objectifs américains dans la région.

«Je pense qu'ils (les Pakistanais) font leurs paris sur ce à quoi l'Afghanistan va ressembler et cela consiste notamment à interagir avec des gens peu recommandables qui, selon eux, pourraient reprendre le pouvoir (...) après le départ des forces de la coalition. Il ne fait aucun doute que l'armée et les services de renseignement pakistanais ont des contacts que nous jugeons troublants avec certains individus», a dit Obama. C'est à ces propos que réagissait le sénateur Saim Saifullah.