Italie : confusion totale sur les résulats des législatives

— 

AFP TV

 La plus grande confusion planait lundi soir sur le résultat des élections législatives italiennes à mesure du dépouillement des bulletins, et la victoire annoncée pour l'Union des partis de gauche dirigée par Romano Prodi semblait menacée.
Les dernières projections publiées par l'institut Nexus peu avant 19H00 GMT sur 44% des votes dépouillés donnaient la coalition de centre-droit du chef du gouvernement italien sortant, Silvio Berlusconi, en tête à la Chambre des députés avec 49,9% des suffrages contre 49,6% à l'alliance de M. Prodi et majoritaire au Sénat, avec 158 des 315 sièges.
L'institut a cependant invité à "une grande prudence" dans l'analyse de ces données, car les chiffres de nombreuses régions ne sont toujours pas parvenus.
Ces projections sont contredites par les données officielles publiées par le ministère de l'Intérieur sur son site internet vers 18H45 GMT.
Sur près de 25 millions de bulletins exprimés pour le vote au Sénat, l'Union dirigée par M. Prodi obtient 49,89% des suffrages exprimés contre 49,31% à la coalition de M. Berlusconi.
Et les données du ministère pour la Chambre des députés montrent que la coalition de M. Prodi mène assez largement avec 52,67% de suffrages contre 46,75% pour la coalition de M. Berlusconi. Ces chiffres portent sur plus de 13 millions de bulletins dépouillés.
Mais cette valse de données contradictoires a fait l'effet d'une douche froide sur les partisans de l'ancien président de la Commission européenne, en liesse depuis 13H00 GMT après les données des premiers sondages de sortie des urnes accordant une victoire avec entre 50 et 54% des suffrages exprimés contre 45 à 49% pour la Maison des Libertés, la coalition de droite dirigée par Silvio Berlusconi.
La participation a été très élevée : 83,6% des 47 millions d'électeurs italiens ont participé à ce scrutin organisé sur deux jours, a annoncé le ministre de l'Intérieur Giuseppe Pisanu. Elle était de 81,4% lors des législatives de mai 2001.
"Le résultat est encore incertain. Attendons les chiffres précis", avait mis en garde le ministre de l'Industrie, Claudio Scajola, l'un des dirigeants de Forza Italia, le parti de M. Berlusconi, à l'annonce des données des premiers sondages sortie des urnes.
"Rappelez vous Bush-Kerry", avait-t-il ajouté en réference à l'élection présidentielle américaine.
Les premiers commentaires dans le camp de Romano Prodi restaient également prudents, dans l'attente d'une confirmation de la victoire.
"Bien sur, nous sommes satisfaits. L'Italie attend cela depuis cinq ans et elle le mérite, mais il faut rester prudent, très prudent", a commenté un des responsables du parti de la Marguerite (centre gauche), Dario Franceschini.
Romano Prodi et Silvio Berlusconi se sont refusés à tout commentaire dans l'attente des résultats définitifs.
Mais l'espoir est revenu dans le camps du chef du gouvernement à mesure que les résultats se retournaient.
"Il n'est pas dit que l'Union de gauche ait la majorité pour gouverner. Nous sommes à parité au Sénat et c'est un grand et merveilleux résultat", a commenté Andrea Ronchi, porte-parole d'Alliance nationale (AN, droite conservatrice), le second parti de coalition de Silvio Berlusconi.