Pékin prépare sa station spatiale permanente

— 

La Chine poursuit sa lente progression vers les étoiles. Après avoir lancé en 2003 sa première mission habitée dans l'espace, elle a posé hier la première pierre d'une station spatiale permanente, dont elle affirme qu'elle coûtera moins cher que l'actuelle ISS, en lançant un premier module d'essai.
Une fusée Longue Marche 2F a été lancée hier depuis la base de Jiuquan, dans le désert de Gobi, avec pour mission de mettre en orbite le vaisseau Tiangong-1, « palais céleste » en chinois.
Ce prototype cylindrique de 10,5 m de long et de 8,5 t servira de laboratoire d'expérimentation. Il devrait permettre à la Chine de maîtriser l'amarrage en orbite de modules spatiaux, une étape cruciale pour la mise en œuvre d'un programme spatial de pointe. Un vaisseau Shenzhou viendra s'amarrer à Tiangong 1 d'ici à la fin de l'année, et l'opération se répétera l'année prochaine, si tout se passe bien, avec des taïkonautes à bord. La Chine envisage de rendre sa station spatiale opérationnelle en 2020.