Bahreïn: Prison à perpétuité confirmée pour huit opposants

Reuters

— 

Un tribunal militaire bahreïni a confirmé mercredi les peines de prison à perpétuité frappant huit dirigeants de l'opposition chiite, condamnés pour l'organisation de manifestations, rapporte l'agence de presse officielle.

La cour d'appel de la sécurité nationale, mise en place durant l'application de la loi martiale levée en mai, a condamné huit des 21 prévenus à la prison à vie en juin. 

Parmi les huit condamnés à la perpétuité figurent le dissident chiite Hassan Mouchaimaa, chef du parti d'opposition Hak rentré d'exil au printemps, et Abdel Ouahab Ussein, chef du Wafa.

Ils peuvent encore faire appel

Les condamnés peuvent encore faire appel devant un tribunal civil, souligne l'agence de presse officielle, ou être graciés par le roi Hamad ben Issa.

Les familles des condamnés affirment qu'ils ont été torturés. Bahreïn a mis en place une commission composée de juristes étrangers pour enquêter sur les allégations de violences policières durant l'application de la loi martiale. Elle doit présenter ses conclusions le mois prochain.

Un soulèvement populaire

En février et mars, les manifestations ont pris la forme d'un soulèvement populaire contre la monarchie sunnite, qui a été réprimé avec l'aide de troupes de plusieurs pays voisins, dont l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis. Trente personnes ont été tuées lors de ce mouvement de contestation.   

Près de 20.000 manifestants ont défilé au début du mois à l'initiative du principal parti d'opposition chiite près de Manama, la capitale bahreïnie, scandant des slogans antigouvernementaux et jurant de continuer à réclamer des réformes démocratiques. 

Des négociations ont débuté en juillet à l'initiative du roi, mais le Wefaq s'en est retiré, jugeant sa représentation insuffisante et le processus voué à l'échec.