Affaire Dutroux: La justice belge refuse la libération de Michelle Martin, l'ex-femme du meurtrier

JUSTICE L'examen du dossier est renvoyé à mai 2012...

© 2011 AFP

— 

Michelle Martin, l'ex-femme de Marc Dutroux, lors de son procès au tribunal d'Arlon, en Belgique, le 17 juin 2004.
Michelle Martin, l'ex-femme de Marc Dutroux, lors de son procès au tribunal d'Arlon, en Belgique, le 17 juin 2004. — REUTERS/Pool HRM/AA

Michelle Martin ne retrouvera finalement pas la liberté tout de suite. La justice belge a annulé ce jeudi une décision de principe autorisant la libération de l'ex-femme et complice du meurtrier pédophile Marc Dutroux, renvoyant l'examen du dossier à mai 2012.

Le tribunal d'application des peines de Mons (sud de la Belgique) a décidé de «retirer» un précédent jugement rendu en mai qui acceptait la remise en liberté de Michelle Martin, 51 ans. Il a estimé que le projet de réinsertion de la détenue n'était pas suffisamment abouti.

«Elle ne peut plus présenter un plan complet de réinsertion»

«Elle ne peut plus présenter un plan complet de réinsertion», et n'offre «qu'une (seule) piste en terme d'hébergement», a déclaré la présidente du tribunal dans ses attendus. Incarcérée depuis 1996, Michèle Martin a effectué la moitié des 30 ans de réclusion qui lui ont été infligés en 2004, en incluant la durée de détention provisoire. Deux conditions avaient été fixées pour sa libération effective: trouver un hébergement et une activité professionnelle.

En mai Michèle Martin avait proposé une résidence dans un couvent en France. Mais le ministère français de la Justice avait bloqué cette option. La presse néerlandaise a récemment évoqué un hébergement possible chez des soeurs dominicaines à Thorn, aux Pays-Bas. Mais la supérieure du couvent a indiqué ne pas être prête à accueillir Michèle Martin. Ancienne institutrice, Michelle Martin avait été condamnée pour avoir séquestré plusieurs jeunes victimes de son mari et laissé mourir de faim deux d'entre elles, âgées de 8 ans.