Les Palestiniens prêts à laisser du temps au Conseil de sécurité

Reuters

— 

L'Autorité palestinienne va laisser «du temps» au Conseil de sécurité de l'Onu pour étudier sa demande d'adhésion à l'organisation en tant qu'Etat palestinien, mais n'y renoncera pas malgré l'appel de Barack Obama, a annoncé mercredi le négociateur palestinien Nabil Chaas.

Dans un discours prononcé un peu plus tôt à la tribune des Nations unies, le président des Etats-Unis a jugé que seule la négociation pouvait mettre fin au conflit et a demandé à Mahmoud Abbas de ne pas chercher à obtenir la reconnaissance de l'Etat palestinien.

«Nous lui dirons cordialement et respectueusement non», a expliqué Nabil Chaas, s'adressant à la presse en marge de l'Assemblée générale de l'Onu.

«Nous allons donner du temps au Conseil de sécurité pour étudier dans un premier temps notre demande d'adhésion de plein droit avant de solliciter l'Assemblée générale», a-t-il poursuivi.

Une adhésion de plein droit semble exclue, puisqu'elle suppose l'aval du Conseil de sécurité et les Etats-Unis ne manqueront pas de s'y opposer en faisant usage de leur droit de veto, ce qui susciterait sans doute un tollé dans le monde arabe.