Irlande: Les grandes dates du processus de paix

— 

Colonisée à partir de 1175 par l’Angleterre, l’Irlande cherche depuis à obtenir son indépendance. En 1902, un mouvement républicain qui prône l’autonomie, Sinn Fein, est créé. Il remporte les élections en 1918, ce qui marque le début de la guerre d’indépendance menée par l’IRA (Armée républicaine irlandaise). En 1921, Irlandais et Britanniques signent la partition de l'île. L'Ulster demeure dans le Royaume-Uni. Mais les tensions sont loin de s’apaiser : des manifestations catholiques pour réclamer l'égalité des droits civiques en Ulster débutent en 1968 et atteignent leur point culminant le 30 janvier 1972, baptisé « bloody Sunday », lorsque l’armée britannique tire lors d'une manifestation pacifique à Londonderry. 12 catholiques sont tués.
En 1994, l'IRA proclame le cessez-le-feu. Les paramilitaires unionistes suivent. Londres accepte d'ouvrir des négociations. L’Irlande est sur la voie de l’apaisement.

1997

16 mai : Tony Blair, en visite à Belfast, propose de rencontrer les représentants du Sinn Fein, sans préalable de cessez-le-feu.
20 juillet : rétablissement du cessez-le-feu par l'IRA.
6 août : première rencontre entre Gerry Adams et Mo Mowlam, ministre britannique à l'Irlande du Nord.
14 septembre : début officiel des pourparlers avec le Sinn Fein.
28 décembre : vague de meurtres intercommunautaires.

1998

10 avril : signature de l'accord de paix, surnommé par la suite «accord du vendredi saint», prévoyant le partage du pouvoir entre élus protestants et catholiques au sein d'institutions semi-autonomes, dont une assemblée, un gouvernement d'Irlande du Nord et des organes de coopération avec la République d'Irlande, au sud.
22 mai : l'accord est ratifié par plus de 71% des Nord-Irlandais et 85% des citoyens de la République d'Irlande
25 juin : élection des 108 représentants à l'Assemblée d'Irlande du Nord. Les partis catholiques et protestants favorables à la paix remportent la majorité des sièges.
1er juillet : l'unioniste modéré David Trimble est élu Premier ministre d'Irlande du Nord par l'Assemblée régionale.
Juillet : l'interdiction faite à la confrérie orangiste (protestante) de défiler, pour commémorer des victoires de troupes protestantes sur les catholiques, dans un quartier catholique de Portadown entraîne une explosion de violence.
15 août : un attentat revendiqué par des dissidents de l'IRA fait 28 morts à Omagh (Ulster).

1999

9 juillet : un plan proposé par Tony Blair et son homologue irlandais Bertie Ahern aux partis nationalistes et unionistes d'Ulster prévoit la création, le 15 juillet, d'un gouvernement dans lequel les deux communautés se partageraient le pouvoir, ainsi que le désarmement des milices d'ici mai 2000.
15 juillet : Tony Blair annonce la mise entre parenthèses durant l'été de son plan de paix, après le rejet de celui-ci par les unionistes de l'UUP.
6 septembre : le médiateur américain George Mitchell entame une série de consultations pour tenter de convaincre les partis nord-irlandais d'appliquer l'accord du vendredi saint, désormais au point mort.
9 novembre : l'IRA s'engage à collaborer avec la commission sur le désarmement dirigée par le Canadien John de Chastelain, et le Sinn Fein propose de publier une déclaration condamnant toute forme de violence politique.
15 novembre : George Mitchell demande aux partis de se prononcer sur le projet de compromis pour la mise en œuvre de la paix.
16 novembre : le dirigeant de l'UUP, David Trimble, soutient le compromis bien qu'il ne prévoit pas de restitution d'armes par l'IRA avant la constitution du gouvernement. Cette décision est validée par le Conseil supérieur de son parti le 27 novembre. David Trimble prévient qu'il démissionnera de l'exécutif, si le groupe armé n'a pas fait un geste concret d'ici février 2000.
29 novembre : inaugurant la mise en place des institutions semi-autonomes, un gouvernement de 10 ministres est formé, comprenant cinq nationalistes et cinq unionistes.
2 décembre : l'Assemblée nord-irlandaise est investie de pouvoirs d'autonomie, ce qui met fin à 27 ans d'«administration directe» de Londres sur la province.
Décembre : début de l'autogestion de l'Irlande du Nord pour la première fois depuis 25 ans. Dix ministres entrent en fonction au sein d'un exécutif dirigé par le protestant David Trimble, chef des Unionistes d'Ulster. Le catholique Seamus Mallon, numéro 2 des nationalistes modérés, devient son adjoint.

2000

31 janvier : le général John de Chastelain rend un rapport qui établit que l'IRA n'a pas commencé à restituer son arsenal.
11 février : la Grande-Bretagne suspend les institutions d'Ulster en raison de l'absence de «progrès suffisants» en matière de désarmement dans la province.
5 mai : le gouvernement britannique annonce le rétablissement des institutions d'Ulster, en échange d'un geste des parties en présence.
6 mai : l'IRA s'engage pour la première fois à mettre ses armes «hors d'usage» et offre une inspection internationale de certains de ses dépôts clandestins comme preuve de sa bonne volonté.
9 mai : l'armée britannique annonce la fermeture de 6 sites militaires en Irlande du Nord. Son objectif est de ramener à 8000 le nombre de soldats présents sur place (contre 14 000 en 2000 et 30 000 au plus fort des troubles).
16 mai : conformément à l'accord du vendredi saint, le gouvernement britannique présente un projet de réforme de la police, composée à 90% de protestants. 27 mai : le premier parti protestant unioniste d'Irlande du Nord, l'UUP de David Trimble, vote de justesse (53% des voix) en faveur de la remise en place du gouvernement autonome.
30 mai : les institutions autonomes sont rétablies.
26 juin : premières inspections internationales de dépôts d'armes de l'IRA.
Juillet : des loyalistes provoquent de violents incidents à l'occasion des traditionnelles marches de l'Ordre d'Orange, en raison de l'interdiction faite aux protestants par les autorités britanniques, deux ans plus tôt, de défiler dans les quartiers catholiques.
28 juillet : en application des accords du vendredi saint, les derniers prisonniers terroristes de la prison de Maze, symbole de 30 ans de troubles en Irlande du Nord, sont libérés. La prison sera fermée et détruite.
Août : flambée de violence au sein de la communauté protestante en raison de l'opposition des loyalistes au processus de paix.
26 octobre : au lendemain d'une nouvelle inspection de dépôts d'armes clandestins de l'IRA, les inspecteurs internationaux chargés de superviser le désarmement déclarent que l'organisation honore ses engagements.
22 novembre : la Chambre des communes vote le projet de loi réformant la police.

2001

8 juin : le parti loyaliste modéré de David Trimble perd du terrain face aux extrémistes protestants, lors des élections législatives britanniques. Dans les rangs des nationalistes, le Sinn Fein devient pour la première fois le premier parti catholique, devançant le SDLP de John Hume.
1er juillet : devant le refus de l'IRA de commencer le désarmement, David Trimble démissionne de son poste de Premier ministre.
6 août : la commission pour le désarmement des milices annonce que l'IRA lui a proposé des modalités pour neutraliser son arsenal. Aucun détail ni calendrier n'est précisé.
7 août : les Unionistes protestants jugent insuffisant le geste de l'IRA, faute d'un désarmement effectif de la milice catholique.
8 août : l'IRA confirme son offre de désarmement, mais reste muette sur tout calendrier.
10 août : Londres suspend les institutions nord-irlandaises, afin de donner davantage de temps aux partis catholiques et protestants pour tenter de surmonter leurs divergences.
14 août : l'IRA retire son offre de désarmement, estimant que sa proposition n'avait pas été prise suffisamment au sérieux, ni par le camp unioniste, ni par le gouvernement britannique.
Septembre : des manifestants protestants s'opposent au passage de familles catholiques dans leur quartier pour rejoindre une école primaire lors de la rentrée scolaire.
17 septembre : l'un des architectes du processus de paix en Irlande du Nord, John Hume, démissionne de la direction du SDLP.
28 septembre : un journaliste catholique est assassiné par des miliciens loyalistes.
22 octobre : le Sinn Fein demande officiellement à sa branche armée, l'Armée républicaine irlandaise (IRA), de commencer son désarmement. Le lendemain, l'IRA obtempère.
24 octobre : Londres amorce le démantèlement de ses installations militaires en Irlande du Nord.
4 novembre : la nouvelle police d'Ulster, le Service de police d'Irlande du Nord (PSNI), remplace l'ancien Royal Ulster Constabulary (RUC).
6 novembre : réélection de David Trimble comme Premier ministre d'Irlande du Nord. Le catholique modéré Mark Durkan est élu adjoint.

2002

9 mars : David Trimble propose d'organiser un référendum sur l'unification de l'Irlande en 2003. Un tel scrutin conforterait la place actuelle de la province au sein du Royaume-Uni.
8 avril : l'IRA procède à un deuxième acte de désarmement.
5 juin : Alex Maskey, membre du Sinn Fein, est élu maire de Belfast.
16 juillet : l'Armée républicaine irlandaise présente ses excuses pour les victimes «non-combattantes» de ses attentats.
21 septembre : à l'assemblée générale des délégués du parti unioniste, David Trimble, sous la pression de la frange dure du parti, annonce qu'il quittera le gouvernement en janvier 2003 si l'IRA n'a pas totalement démantelé son arsenal et ses structures d'ici là.
4 octobre : la police perquisitionne les bureaux du Sinn Fein, à l'assemblée. 4 militants de l'aile politique de l'IRA sont arrêtés. Ils sont inculpés quelques jours plus tard de «possession d'informations utilisables par des terroristes».
octobre: des allégations d'espionnage par des membres du Sinn Féin (bras politique de l'IRA) au gouvernement d'Irlande du Nord au profit des paramilitaires catholiques précipitent une crise de confiance entre protestants et catholiques, qui mène à la mise de l'Irlande du Nord sous la tutelle de Londres.
14 octobre : le ministre britannique chargé de l'Irlande du Nord, John Reid, annonce le retour de l'administration directe de l'Irlande du Nord par Londres.
19 octobre: l'IRA rejette les «demandes irréalisables» de dissolution du groupe.

2003

26 novembre : les extrêmes des deux côtés arrivent en tête aux élections à l'assemblée nord-irlandaise: les Démocrates unionistes (DUP) de Ian Paisley remportent le scrutin, tandis que le Sinn Fein devient le premier parti catholique d'Irlande du Nord.

2004

9 décembre : échec des négociations pour la relance du processus de paix. Elles ont achoppé sur le refus de l'IRA d'accepter que soient prises des photographies du démantèlement de son arsenal.
20 décembre : plus de 26 millions de livres (environ 38 millions d'euros) sont dérobés à la Northern Bank à Belfast, un hold-up attribué par Londres et Dublin à l'IRA.

2005

31 janvier : le catholique Robert McCartney meurt poignardé par des éléments incontrôlés de l'IRA. La famille affirme que des militants de l'IRA ont détruit les preuves et intimidé les témoins, les empêchant d'aller trouver la police.
2 février : l’IRA fait part de sa décision de ne pas poursuivre le démantèlement de ses arsenaux.
février: le Premier ministre britannique Tony Blair et son homologue irlandais Bertie Ahern déclarent que les activités criminelles de l'IRA constituent le principal obstacle à la paix.
6 avril : dans le cadre de la campagne pour les législatives britanniques du 5 mai, Gerry Adams lance un «appel personnel» à l’IRA, pour qu’elle prenne la décision «historique» de se tourner résolument vers le combat politique, afin de «reconstruire le processus de paix».
5 mai : progression des radicaux à l'occasion les élections législatives, le Sinn Fein et le Democratic Unionist Party (DUP). Battu dans sa circonscription, David Trimble annonce son retrait de la vie politique.
28 juillet : l'IRA annonce la fin de la "lutte armée" et son intention de poursuivre son objectif de réunification de l'Irlande par des voies démocratiques.
26 septembre : le général John de Chastelain annonce que le désarmement de l'IRA est achevé.
Décembre:Donaldson, 55 ans, un haut responsable du Sinn Féin, l'aile politique de l'IRA, est exclu de son parti après avoir reconnu avoir espionné pour le compte de Londres pendant des années au sein du mouvement catholique. Il a notamment été impliqué dans une affaire d'espionnage supposé au sein du parlement nord-irlandais de Stormont en octobre 2002, au profit de l'IRA. Cette affaire entraîne la chute de l'assemblée et du gouvernement d'Irlande du Nord nés des accords de paix d'avril 1998. 

2006

4 avril: Donaldson, du Sinn Fein, est retrouvé mort par balles. Une enquête est ouverte.
6 avril: rencontre entre le Premier ministre britannique Tony Blair et son homologue irlandais Bertie Ahern jeudi, à Armagh, en Irlande du Nord, pour relancer le processus de paix.