Séisme entre l'Inde et le Népal: Au moins 63 morts

© 2011 AFP

— 

Les secours luttaient ce lundi contre des pluies torrentielles et des glissements de terrain pour tenter de venir en aide aux victimes du séisme qui a frappé la région de l'Himalaya, faisant au moins 63 morts dans le nord-est de l'Inde, au Népal et au Tibet.

L'épicentre du séisme de magnitude 6,9 qui s'est produit dimanche vers 18h10 heure locale (12h40 GMT) était situé dans une région reculée à la frontière entre l'Etat indien du Sikkim et le Népal.

Les secousses ont été ressenties à une distance de plus de 1.000 km à l'ouest, jusque dans la capitale indienne New Delhi, et à l'est, au Bangladesh.

Selon les secours, le bilan d'au moins 48 morts en Inde, huit au Népal et sept au Tibet, pourrait s'alourdir au fil des heures.

Les équipes de secours bloquées

Des pluies torrentielles dues à la mousson ont cloué au sol des hélicoptères tandis que des équipes de secours indiennes progressaient lentement vers la capitale de l'Etat du Sikkim, Gangtok, où des glissements de terrain ont emporté ou coupé de nombreuses portions de route de la seule voie d'accès.

«Nos équipes de secours sont bloquées dans ce couloir», a déclaré le porte-parole de la Force nationale d'intervention en cas de catastrophes, Surendra Ahlawat. «Les conditions sont épouvantables mais nos équipes font de leur mieux», a-t-il dit.

Plus de 5.000 soldats indiens ont été déployés dans la région pour tenter de restaurer les liaisons terrestres avec Gangtok et plus au nord, proche de l'épicentre situé à 60 km au nord-ouest de cette ville.

«Le bilan risque de s'alourdir au fur et à mesure de l'arrivée des équipes de secours dans les zones les plus reculées», a estimé G. Anandan, le responsable de la salle de contrôle des urgences à Gangtok.

Des dizaines de morts

Selon cette source, au moins 35 personnes ont péri au Sikkim dans l'effondrement d'immeubles ou lors de glissements de terrain. Plus de 100 personnes ont en outre été blessées par des coulées de boue, des chutes de débris et des effondrements d'immeubles à Gangtok, où des milliers d'habitants ont passé la nuit dans la rue après deux longues répliques qui ont semé la panique. «Nous avons tous couru hors de nos maisons, certains ont sauté par les fenêtres. On peut voir que des bâtiments se sont fissurés», a rapporté C.K. Dahal, un habitant de Gangtok.

Selon l'agence PTI, la police a secouru 15 trekkeurs étrangers dans le nord du Sikkim, mais leur nationalité n'a pas été précisée.

Treize autres personnes ont péri dans l'ensemble de l'Inde, dont une dans un mouvement de foule lorsque des habitants affolés se sont rués dehors dans une ville de l'Etat de Bihar (est), et quatre qui ont été ensevelies sous les décombres de leur maison près de Darjeeling.

Au Népal, la police a indiqué qu'un motocycliste et sa fille de huit ans figuraient parmi les trois morts écrasés par l'effondrement d'un mur de l'ambassade britannique à Katmandou, à 270 km à l'ouest de l'épicentre. Cinq autres personnes ont été tuées dans l'est du Népal, a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police, Binod Singh. Selon l'agence Chine nouvelle, la secousse a aussi fait sept morts dans le sud du Tibet.

Le seïsme ressenti jusqu'au Bhoutan

Le séisme a été ressenti dans toute la région himalayenne, jusqu'au petit royaume du Bhoutan, selon l'institut de géophysique américain USGS. Il a été également ressenti dans la principale ville de l'Etat indien de l'Assam, Guwahati, à environ 600 km de là, ainsi qu'à Calcutta.

Sept Etats du nord-est de l'Inde, rattachés au reste du pays par une étroite bande de terre baptisée «cou de poulet» sont situés sur une zone sujette à une fréquente activité sismique.