Yémen: Les manifestants dans les rues après la mort de 26 manifestants

© 2011 AFP

— 

Des dizaines de milliers de manifestants étaient massés ce lundi sur trois kilomètres dans les rues de Sanaa d'où la police s'est retirée, au lendemain de la répression d'une marche réclamant le départ du président Ali Abdallah Saleh qui a fait 26 morts, ont rapporté des témoins.

Tôt dans la matinée, des milliers de personnes ont marché de la place du Changement, épicentre de la contestation depuis février, jusqu'à la rue al-Zoubeiri où ils ont rejoint des milliers d'autres contestataires qui y ont passé la nuit sous des tentes, selon ces témoins.

A leur arrivée, des heurts ont opposé un groupe de protestataires à des policiers et des partisans armés du régime, sans faire de victime, a-t-on ajouté. Ces heurts ont eu lieu non loin des bureaux du fils aîné de Ali Abdallah Saleh, Ahmed, commandant de la Garde républicaine, corps d'élite de l'armée, fidèle au chef de l'Etat.

Selon des habitants, les forces de sécurité étaient quasiment invisibles ce lundi en milieu de matinée.

Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles

Les manifestants qui campaient sur la place du Changement où ils observaient depuis février un sit-in pour réclamer le départ du président Saleh, ont marché dimanche sur trois kilomètres jusqu'à la rue al-Zoubeiri, défiant les forces de sécurité.

Ces forces ont tiré à balles réelles, à l'arme automatique et fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène, tuant 26 manifestants et blessant des centaines d'autres, selon des sources médicales.

Un appel à de nouvelles marches à Sanaa et dans les autres villes du Yémen a été lancé dimanche soir par le comité d'organisation de la révolution des jeunes. Dans un communiqué, le comité a appelé les Yéménites à poursuivre leur mouvement «pacifique jusqu'à la chute de ce qui reste du régime».

Plusieurs centaine de morts dans un mouvement de contestation

Au pouvoir depuis 1978, le président Saleh fait face depuis janvier à un mouvement de contestation qui a fait plusieurs centaines de morts.

En convalescence à Ryad où il a été hospitalisé le 4 juin au lendemain d'une attaque contre son palais à Sanaa, M. Saleh a chargé en début de semaine son vice-président de négocier avec l'opposition un transfert du pouvoir.