La dernière chance de Troy Davis

ETATS-UNIS L'exécution de cet Américain, dont la culpabilité n'est pas prouvée, est prévue mercredi...

Faustine Vincent

— 

Troy Davis a été condamné à mort en 1991 à Savannah (Géorgie) pour le meurtre d'un policier blanc.
Troy Davis a été condamné à mort en 1991 à Savannah (Géorgie) pour le meurtre d'un policier blanc. — SAVANNAH MORNING NEWS / AP / SIPA

Le sort de Troy Davis, un Noir américain condamné à mort en 1991 à Savannah (Etat de Géorgie, Etats-Unis) pour le meurtre d'un policier blanc, est suspendu à la décision du comité des grâces de Géorgie, qui se réunit ce lundi. Ultime recours juridique, ce comité, composé de cinq fonctionnaires indépendants, peut commuer sa peine en prison à vie. S'il ne le fait pas, Troy Davis, qui clame son innocence depuis le début, sera exécuté mercredi.

Cette perspective effraie les nombreux soutiens dont il bénéficie à travers le monde. Redoutant une erreur judiciaire irréversible, ils rappellent la liste des failles de l'accusation: aucune preuve matérielle n'existe contre l'accusé, l'arme du crime n'a jamais été retrouvée et, sur les neuf témoins de l'accusation, sept sont revenus sur leur déposition ou se sont contredits dans des déclarations sous serment.

Pétition mondiale

«L'un des deux témoins à charge restants, Sylvester Coles, est accusé d'être le meurtrier par neuf nouveaux témoins, tandis que l'autre, Steven Sanders, dit se souvenir que le meurtrier était gaucher, alors que Troy est droitier», précise l'ONG Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (Acat-France).

Une pétition mondiale appelant à commuer la peine de Troy Davis a été adressée jeudi dernier au comité des grâces de Géorgie. Elle a recueilli 660.000 signatures, selon Amnesty International, qui a co-organisé des rassemblements de soutien partout en France vendredi.

Le ministère français des Affaires étrangères a lui-même fait part de sa «préoccupation» concernant le sort du condamné, et espéré «une issue favorable». «Le fait qu'il y ait une mobilisation au niveau mondial peut peser», espère Laure Delattre, d'Amnesty International.

Depuis la condamnation de Troy Davis, plus de 90 condamnés à mort ont finalement été innocentés aux Etats-Unis, rappelle l'ONG.
Agé de 42 ans, dont vingt passés dans le couloir de la mort en Géorgie, Troy Davis a déjà fait face à trois dates d'exécution programmée, reportées in extremis.