Berlusconi à nouveau en pleine tempête

— 

Silvio Berlusconi a fait l'objet de nouvelles révélations embarrassantes hier dans la presse italienne. En pleine crise de la dette, alors que le Parlement vient d'approuver un programme d'austérité draconien dénoncé par l'opposition, le président du Conseil italien est ébranlé par un nouveau scandale de mœurs impliquant un homme d'affaires, Giampaolo Tarantini, soupçonné de lui avoir fourni des prostituées.
Dans un extrait publié par le Corriere della Sera, Berlusconi, 74 ans, se vante d'avoir fait la fête au champagne jusqu'à l'aube dans une discothèque de Milan et d'avoir obtenu le numéro de téléphone de huit femmes. L'opposition de centre-gauche s'est immédiatement demandée comment un pays confronté à une grave crise de la dette pouvait s'offrir d'être dirigée par un homme qui gouverne pendant ses loisirs. Berlusconi, qui voit là un nouveau complot de magistrats « communistes » et « anti-Italiens » pour le mettre dans l'embarras, a fait savoir qu'il excluait de démissionner.