Libye: Le porte-parole de Kadhafi dénonce la visite de Sarkozy et Cameron

© 2011 AFP

— 

Moussa Ibrahim, le porte-parole du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi a dénoncé la visite éclair jeudi de Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye, les accusant de vouloir «transformer la Libye en fief de l'Occident».

>> Pour lire l'article sur la visite de Nicolas Sarkozy et de David Cameron, cliquez ici

«La France tente de renforcer ses agents (en Libye) et la Grande-Bretagne à favoriser des figures politiques qui lui sont alliées, face à ceux qui tournent autour des Etats-Unis et du Qatar», afin de «transformer la Libye en fief pour l'Occident», a déclaré Moussa Ibrahim.

«La visite inaugure un projet de colonisation en Libye et constitue l'annonce officielle du début de son application», a-t-il poursuivi dans la nuit de jeudi à vendredi, lors d'une intervention par téléphone sur la chaîne Arraï basée en Syrie et qui diffuse également régulièrement des messages du dirigeant déchu.

Ils se dépêchent «de récolter les fruits de la chute de Tripoli»

Moussa Ibrahim a en outre accusé le président français et le Premier ministre britannique de «se dépêcher de récolter les fruits de la chute de Tripoli (...) car ils craignent évidemment l'arrivée de l'Amérique et d'autres Etats pour prendre leur part du gâteau».

«Ils parlent à présent de la reconstruction de la Libye pour des centaines de milliards de dollars (...) ils la détruisent et la reconstruisent avec l'argent des Libyens», a-t-il dénoncé. «Ils se sont dépêchés de venir à Tripoli pour conclure des accords secrets avec les collaborateurs et les traîtres et mettre la main sur le pétrole et les investissements sous prétexte de la reconstruction», a dit Moussa Ibrahim sans préciser d'où il parlait.

Sarkozy et Cameron accueillis en héros

MM. Sarkozy et Cameron, premiers dirigeants occidentaux à venir en Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi, ont été accueillis en héros jeudi dans ce pays.

Le président français a affirmé lors de cette visite que Mouammar Kadhafi, en fuite depuis le 23 août, était encore «un danger» et qu'il y avait donc «un travail à terminer», le Premier ministre britannique promettant d'aider à sa traque.

«Nous avons dit également au CNT (Conseil national de transition) que c'est aux Libyens de construire l'avenir, ce n'est pas à nous», a d'autre part affirmé Nicolas Sarkozy. «Vous avez voulu la paix, vous avez voulu la liberté, vous voulez le progrès économique, la France, la Grande Bretagne et l'Europe seront aux côtés du peuple libyen», a-t-il encore dit.