Preuve de vie pour les trois humanitaires enlevés au Yémen

OTAGES Leur identité a été confirmée par leur employeur...

M.P. avec agences
— 
Une vidéo des trois otages français enlevés au Yémen le 28 mai 2011, diffusée le 12 septembre 2011, sur un site yéménite.
Une vidéo des trois otages français enlevés au Yémen le 28 mai 2011, diffusée le 12 septembre 2011, sur un site yéménite. — Capture d'écran 20minutes.fr

Un site internet yéménite a diffusé lundi une vidéo montrant trois personnes se présentant comme les trois humanitaires français enlevés dans le sud du Yémen en mai.   Si l’authenticité de la vidéo n’était pas confirmée mardi matin par le Quai d’Orsay, l’employeur des deux femmes et de l’homme, l’ONG Triangle, basée à Lyon, a confirmé leur identité. «Ce sont bien eux. On a une preuve de vie. C'est un immense soulagement car on n'avait pas de nouvelles depuis plus de cent jours», a déclaré à l'AFP Patrick Verbruggen, codirecteur de l'ONG à Lyon. «Ils ont l'air en forme. Ils parlent clairement», a-t-il ajouté.

Samir Djoubrane, journaliste à Al Masdar, a confié à Reuters que la vidéo était parvenue à sa rédaction par courriel, envoyée par une personne inconnue. Il a ajouté qu'un diplomate français en poste au Yémen avait confirmé que les trois personnes présentes sur la vidéo étaient bien les trois otages français.

Enlèvements fréquents

Dans cette courte vidéo, également diffusée sur Youtube, un homme entouré de deux femmes déclare: «Nous sommes otages depuis 102 jours et les gouvernements français et yéménites ne semblent pas se préoccuper de notre situation et ne font rien pour mettre un terme à notre captivité alors qu'ils sont au courant des revendications». «Pourquoi ce délaissement? Nous nous adressons au peuple français, aux organisations des droits de l'homme», ajoute-t-il.

Le 28 mai dernier, trois Français, deux femmes et un homme travaillant pour l’ONG française Triangle, ont été enlevés à la sortie d’un restaurant de Seyoun, dans la province d’Hadramout. L'ONG est présente au Yémen depuis 1998.

Les enlèvements d'Occidentaux, touristes ou travailleurs humanitaires, sont fréquents au Yémen. Des tribus tentent d'obtenir de cette manière des rançons ou des concessions de la part du gouvernement.