Bahreïn : le bateau naufragé n'avait pas le droit de naviguer

©2006 20 minutes

— 

Le bateau qui a fait naufrage au large de Manama « n'avait pas de permis pour organiser des croisières en mer ». C'est ce qu'a révélé, samedi, le commandant des gardes-côtes bahreïniens, le colonel Youssef al-Ghatim, affirmant que le permis lui avait été refusé pour manquement à « certaines conditions ». Faute de licence et d'assurance, le bateau ne pouvait donc être utilisé que comme restaurant flottant. Passant outre, « son propriétaire a contrevenu à l'une des principales conditions requises pour opérer », a-t-il ajouté.

Le bateau à deux étages, de type banoush (embarcation traditionnelle en bois utilisée pour des croisières), s'est renversé à moins de 2 km du littoral, jeudi vers 21 h 45. Cent vingt-six personnes étaient à bord. Il s'agissait d'employés d'un consortium international de bâtiment et de leurs familles, qui participaient à un dîner-croisière. Cinquante-huit ont péri, dont treize Britanniques, et soixante-huit ont survécu, selon le dernier bilan. La société propriétaire du bateau, Al Dana, a affirmé que l'embarcation était « surchargée » et a accusé la compagnie l'ayant louée pour la soirée, Island Tours, d'avoir contraint le capitaine à appareiller contre son gré.