Chine: Un groupe islamiste revendique des attaques meurtrières pour protester contre l'«occupation chinoise»

Reuters

— 

Un groupe d'activistes islamistes a revendiqué la responsabilité des violences qui ont secoué en juillet la région du Xinjiang, dans l'extrême ouest de la Chine, et a menacé de nouvelles attaques pour protester contre «l'occupation chinoise», selon SITE Intelligence group.

La vidéo du chef du Parti islamique du Turkistan (PIT), Cheikh Abdul Shakoor Damla, a été diffusée sur des forums djihadistes mardi, rapporte le centre de surveillance des sites islamistes mercredi.

Plus de trente personnes ont été tuées dans la série d'attaques meurtrières survenues dans les villes de Kasghar et de Hotan. «L'ensemble des politiques menées par le gouvernement communiste chinois contre les musulmans dans le Turkestan oriental vise à blesser l'identité des musulmans et leurs traditions prodondes», estime Damla, qui apparait vêtu d'un t-shirt blanc et coiffé d'un turban noir dans la vidéo qui dure 10 minutes.

Région secouée par les violences

«Les opérations djihadistes dans les provinces de Hotan et Kashgar sont des revanches contre les communistes athées qui combattent ouvertement et officiellement la religion d'Allah le Tout-Puissant».

L'authenticité de la vidéo n'a pas pu être vérifiée par Reuters.

Le Xinjiang, dont la population est majoritairement musulmane et ouïghoure, a été le théâtre d'une série de violences en juillet. Les autorités chinoises avaient mis en cause des «terroristes islamistes ouïghours» désireux d'acquérir l'indépendance.

Certains Ouïghours se sentent spoliés par l'immigration de Chinois de l'éthnie majoritaire han et par le contrôle exercé par le pouvoir central. En 2009, près de 200 personnes avaient été tuées dans des violents affrontements entre les hans et les ouïghours dans la capitale régionale, Urumqi.