L'Otan suspend le transfert de détenus dans les prisons afghanes

Reuters

— 

La Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) a arrêté le transfert des prisonniers dans les prisons afghanes, quelques jours avant la diffusion d'un rapport de l'ONU faisant état de cas de tortures. Un responsable de l'Isaf, qui a tenu à garder l'anonymat, a indiqué que les transferts avaient cessé «il y a quelques jours» vers au moins huit prisons placés sous la direction de la police et les services de renseignements afghans, dont celles se trouvant dans les provinces d'Herat, de Khost, de la Kapisa, de Kunduz et Takhar.

«L'Isaf a pris la décision prudente de suspendre le transfert de prisonniers vers certaines prisons jusqu'à la vérification du rapport (de l'ONU) qui va bientôt sortir», a confié la source. L'ONU et les responsables de l'Isaf n'ont pas réagi dans l'immédiat. Les prisons afghanes sont surpeuplés et n'offrent pas toutes les garanties de sécurité. En avril, des centaines de prisonniers se sont ainsi échappés d'une prison de Kandahar, dans le sud du pays, après avoir creusé un tunnel.

La coalition internationale a commencé à confier les missions de sécurité à la police et l'armée afghane dans certaines régions du pays. Le retrait complet des forces étrangères est prévu pour la fin de l'année 2014. Mais les doutes subsistent sur la capacité des forces de sécurité afghanes à assurer ces missions de maintien de l'ordre.