Haïti: Excuses de l'Uruguay après un viol imputé à ses casques bleus

Reuters

— 

L'Uruguay a promis mardi d'indemniser un jeune Haïtien apparemment violé par des casques bleus uruguayens et de présenter ses excuses aux autorités de Port-au-Prince. Ce viol présumé a été filmé avec un téléphone portable et diffusé sur internet, provoquant un vif émoi en Haïti. On y voit des militaires uruguayens riant en plaquant le visage du jeune homme sur un matelas. L'ONU, Haïti et l'Uruguay ont lancé une enquête. Interrogé par la presse à l'issue d'une rencontre avec des députés, le ministre uruguayen de la Défense, Eleuterio Fernandez Huidobro, a promis les sanctions les plus sévères.

L'adolescent de 18 ans est allé témoigner devant un juge avec sa mère à Port-Salut, dans le sud du pays, où l'agression présumée a eu lieu le 28 juillet dernier. Les quatre soldats soupçonnés d'implication ont été arrêtés et la marine uruguayenne a remplacé le chef de son contingent naval au sein de la mission de maintien de la paix en Haïti.

Les soldats de la Minustah ont déjà subi les foudres de la population haïtienne l'an dernier en raison de l'épidémie de choléra qui ravage le pays et dont le déclenchement a été imputé à la contamination d'une rivière par les latrines d'un camp de casques bleus népalais.