Les tensions israélo-turques s'aggravent

— 

La Turquie a annoncé hier la suspension de ses échanges avec Israël en matière de défense et l'intensification de ses patrouilles navales en Méditerranée orientale, signe d'une dégradation persistante des relations bilatérales. « La Méditerranée orientale n'est pas pour nous une zone étrangère. Aksaz et Alexandrette [les deux bases navales turques] ont les moyens et l'occasion de fournir des escortes », a déclaré le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.
Ankara avait déjà annoncé, vendredi, l'expulsion de l'ambassadeur et d'autres diplomates israéliens, après la publication d'extraits d'un rapport de l'ONU sur la mort de neuf Turcs propalestiniens en mai 2010 dans l'assaut lancé par un commando de Tsahal sur une flottille « humanitaire » qui tentait de forcer le blocus de la bande de Gaza. Le refus d'Israël de présenter des excuses officielles a fortement irrité la Turquie, pays membre de l'Otan, qui a annoncé son intention de saisir la justice internationale pour contester ce blocus.