11-septembre 2001: Le maire de New York ne veut plus parler de «Ground Zero»

Avec Reuters

— 

Il faudrait cesser de désigner sous l'expression de «Ground Zero» le quartier de New York dévasté par les attentats du 11 septembre 2001 où s'élevaient les tours jumelles du Word Trade Center, a déclaré mardi le maire de la ville, Michael Bloomberg.

«Nous n'oublierons jamais la dévastation de ce quartier qui a pris le nom de 'ground zero'. Jamais. Mais le moment est venu de désigner ces 16 acres de terrain (6,5 hectares) par ce qu'ils sont: le World Trade Center et le National September 11 Memorial and Museum», a-t-il déclaré lors d'un discours sur la reconstruction de la partie sud de Manhattan.

L'étymologie de «Ground Zero» renvoie aux zones détruites par une explosion nucléaire. L'usage de l'expression a évolué pour désigner le lieu d'un événement tragique ou violent. A New York, le terme a été employé par les habitants peu de temps après les attentats du 11 septembre 2001.

«L'un des grands retours de l'histoire américaine»

Pendant des années, quand les travaux de reconstruction tardaient à commencer, les New-Yorkais avaient également l'attitude de désigner le lieu où s'élevait le World Trade Center sous le terme de «The Pit» (littéralement le trou).

C'est aujourd'hui un chantier en pleine activité avec deux des quatre tours prévues désormais en construction, de même que la place du mémorial, qui devrait être inaugurée à temps pour le dixième anniversaire des attentats.

«On se souviendra de la renaissance et la revitalisation de Lower Manhattan comme de l'un des grands retours de l'histoire américaine», a ajouté Bloomberg.