Libye: Des milliers d'immigrés africains toujours bloqués

Avec Reuters

— 

Plus de 1.200 immigrés africains sont bloqués à Sebha, l'un des derniers bastions des partisans de Mouammar Kadhafi en Libye, et doivent être évacués le plus rapidement possible, a déclaré mardi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

La Libye accueille depuis des décennies des travailleurs immigrés venus d'Afrique sub-saharienne, notamment du Tchad, du Niger et du Nigeria. Certains d'entre eux ont été victimes de violences de la part des insurgés ayant renversé Mouammar Kadhafi au motif qu'ils seraient des mercenaires à la solde de l'ancien régime.

«Les migrants sont terrifiés à l'idée d'être pris entre deux feux»

«Les migrants sont terrifiés à l'idée d'être pris entre deux feux», a déclaré Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l'OIM, par allusion à un éventuel assaut des forces anti-kadhafistes sur Sebha, ville du désert libyen. «Les personnes originaires d'Afrique sub-saharienne ont été victimes de discriminations, de violences physiques et verbales (...) qui ont malheureusement empiré au cours des derniers jours et des dernières semaines du régime Kadhafi», a-t-il ajouté.

«Les rumeurs selon lesquelles des mercenaires en provenance de pays comme le Tchad ou le Niger combattaient aux côtés des forces de Kadhafi n'ont fait qu'exacerber la rancoeur contre les ressortissants de ces pays», a-t-il dit. Interrogé au sujet d'éventuels lynchages d'immigrés africains, il a répondu: «Ils évoquent plus un harcèlement permanent et la peur de franchir des barrages tenus par de jeunes hommes en armes. Nous n'avons pas reçu d'informations directes au sujet de meurtres, de massacres ou de lynchages.»