TPIY: L'ex-chef d'état-major de l'armée yougoslave, fixé sur son sort à La Haye

© 2011 AFP

— 

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) doit rendre ce mardi son jugement dans le procès de l'ancien chef d'état-major de l'armée yougoslave Momcilo Perisic, accusé de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre. Momcilo Perisic, 67 ans, le plus haut responsable de l'armée yougoslave jugé par le TPIY, sera fixé sur son sort au cours d'une audience publique à La Haye qui débutera à 11h.

A la tête de l'état-major de l'armée yougoslave entre 1993 et 1998, Momcilo Perisic est poursuivi pour son rôle dans le siège de la capitale bosniaque Sarajevo (1992-1995), le bombardement de Zagreb par les Serbes de Croatie en mai 1995 et le massacre de près de 8.000 musulmans à Srebrenica, dans l'est de la Bosnie en juillet 1995. La prison à vie avait été requise le 29 mars à l'encontre de l'accusé qui plaide non coupable de treize chefs d'accusation dont meurtres, persécutions pour motifs politiques, raciaux et religieux, exterminations et attaques contre des civils.

Il a fourni personnel, armement et aide logistique

Dans le cadre de ses fonctions, Momcilo Perisic a, selon l'accusation, fourni du personnel, dont des officiers, de l'armement et une aide logistique à l'Armée des Serbes de Bosnie (VRS) et la SVK, l'Armée de la Krajina serbe (entité serbe autoproclamée en Croatie). «Il n'a jamais personnellement tué quelqu'un, il n'a jamais personnellement mis le feu à une maison en Bosnie ou en Croatie», avait déclaré le procureur Mark Harmon dans son réquisitoire, mais il a «aidé et encouragé les personnes qui ont fait toutes ces choses».

«Cette forme de participation ne devrait pas atténuer sa responsabilité», avait-il soutenu. Momcilo Perisic, l'un des principaux collaborateurs de Slobodan Milosevic, l'ancien président yougoslave mort dans sa cellule à La Haye en 2006, s'était livré volontairement le 7 mars 2005 au TPIY. Son procès s'était ouvert le 2 octobre 2008. Lors de 203 journées d'audience, 82 témoins avaient été présentés par l'accusation et 22 par la défense.

Certains subordonnés de Momcilo Perisic ont déjà été jugés par le TPIY, dont le général de la VRS Stanislav Galic, condamné en appel à la prison à vie en novembre 2006 pour une campagne de «terreur contre la population civile» lors du siège de Sarajevo.