Libye: Des divisions parmi les fils de Mouammar Kadhafi?

CONFLIT L'un d'eux aurait contacté la rébellion dans le but de coopérer, l'autre jure de continuer la lutte contre les insurgés...

Avec Reuters

— 

L'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saadi, le 31 janvier 2010 à Tripoli (Libye).
L'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saadi, le 31 janvier 2010 à Tripoli (Libye). — no credit

Le navire Kadhafi est en train de couler. Alors que l'un des fils du dirigeant libyen, Seif al-Islam, a juré qu'il continuait la lutte, l'un de ses frères, Saadi, aurait proposé de se rendre et de rallier le mouvement qui a évincé son père du pouvoir à condition que sa propre sécurité soit assurée, selon un commandant des insurgés dont les propos ont été cités ce mercredi par la chaîne Al-Jazira.

Abdel Hakim Belhadj, chef des forces anti-Kadhafi à Tripoli, a déclaré que Saadi Kadhafi l'avait contacté pour proposer de se rendre et qu'il avait l'intention de donner suite à cette offre. «J'ai eu aujourd'hui une conversation avec le fils de Kadhafi, Saadi, durant laquelle il a demandé à rallier la révolution et a réclamé des garanties pour revenir à Tripoli et auprès de son peuple», a-t-il déclaré. «Il nous a donné une idée du lieu où il se trouve et nous prendrons contact avec lui pour donner suite à cette affaire», a-t-il ajouté.

«Je me rendrais plutôt à un véritable gouvernement qu'à ces gens-là»

La chaîne américaine CNN a cependant rapporté que Saadi avait nié avoir l'intention de se rendre en déclarant que les insurgés refusaient de négocier. «Je me rendrais plutôt à un véritable gouvernement qu'à ces gens-là», a déclaré le fils Kadhafi dans un message envoyé à un journaliste de la chaîne.

A la chaîne de télévision émiratie Al Arabia, il a déclaré être officiellement mandaté par son père pour négocier avec les forces du nouveau pouvoir libyen. Il a affirmé avoir contacté à cet effet un responsable militaire du Conseil national de transition (CNT) à Tripoli. «Nous parlons ici de pourparlers visant à faire cesser le bain de sang en Libye», a-t-il dit en se référant à une conversation téléphonique avec le chef militaire des forces anti-Kadhafi dans la capitale.

Mercredi soir, l'un des frères de Saadi, Seif al-Islam, a quant à lui déclaré à la télévision libyenne qu'il continuait la lutte. Il a par ailleurs affirmé que son père se portait bien.