Le procès de Ioulia Timochenko est néfaste aux relations UE-Ukraine, estime la Pologne

Reuters

— 

Le procès de l'ex-Premier ministre ukrainienne Ioulia Timochenko pourrait devenir un frein au rapprochement voulu par Kiev avec l'Union européenne, estime le président polonais, Bronislaw Komorowski.

La Pologne, qui assume la présidence tournante de l'UE, soutient de longue date les efforts de l'Ukraine pour sortir de l'ombre du «grand frère» russe et se rapprocher de l'Occident, et appuie vigoureusement les discussions entre Kiev et Bruxelles pour créer une zone de libre échange.

Procès «perçu comme étant de nature politique»

Pour nombre de pays de l'UE, le procès de Ioulia Timochenko, grande rivale politique du président Viktor Ianoukovitch, est motivé par des raisons politiques. Cela semble être aussi l'avis du président polonais.

«Des obstacles sont apparus sur le chemin de l'intégration européenne de Kiev et l'un d'eux est sans nul doute le procès de Mme Ioulia Timochenko, qui en Europe et dans de nombreux pays est perçu comme étant de nature politique et (...) nuit à l'image de l'Ukraine», a-t-il déclaré mardi soir à son homologue ukrainien, Viktor Ianoukovitch, en visite en Pologne.

«Les autorités ukrainiennes doivent trouver une solution qui écarte les doutes sur le fait que le procès serait un acte de vengeance politique contre l'opposition», a-t-il ajouté.

Grande adversaire de Viktor Ianoukovitch à la présidentielle de 2010, ioulia Timochenko est accusée d'abus de pouvoir concernant la signature d'un contrat gazier avec la Russie qui aurait nui aux intérêts ukrainiens, alors qu'elle était Premier ministre en 2009.