Attentat islamiste en Allemagne: Un Kosovar jugé pour le meurtre de GI's à l'aéroport de Francfort

© 2011 AFP

— 

Un jeune Kosovar est jugé à parti de mercredi pour le premier attentat islamiste perpétré sur le sol allemand, le meurtre de deux soldats américains en mars à Francfort (ouest).

Arid Uka, 21 ans, qui apparaît le visage sombre mais avec des traits encore adolescents sur une page Facebook de soutien, risque la prison à vie s'il est reconnu coupable de deux meurtres et trois tentatives de meurtre qui se sont soldées par deux blessés graves.

«Il voulait se venger de l'intervention américaine en Afghanistan»

Il a agi en plein jour et devant de nombreux témoins le 2 mars à l'aéroport international de Francfort, l'un des plus grands d'Europe. Le président américain Barack Obama s'était dit «attristé et choqué» après l'attentat.

Le parquet fédéral a conclu à «l'acte d'une personne seule, motivée par l'islamisme».

«Il n'y a aucun élément sur une appartenance à une organisation terroriste», avait expliqué le procureur Rainer Griesbaum, chef de la section terrorisme du parquet fédéral. «Il voulait se venger de l'intervention américaine en Afghanistan».

Le jeune homme répondait à des appels à la «guerre sainte» (djihad) diffusés sur internet par des extrémistes islamistes, selon l'acte d'accusation.

Arid Uka est né en 1990 à Mitrovica, ville du nord du Kosovo divisée entre communautés serbe et albanaise -à laquelle il appartient -, mais il a grandi à Francfort.

Imprégné de jeux vidéo violents

Décrit comme un jeune homme courtois mais fermé, en échec scolaire, il se serait imprégné de l'univers de jeux vidéo violents puis de thèses islamistes, selon la presse allemande. Pour ses proches, son acte reste incompréhensible.

Arid Uka a raconté aux enquêteurs avoir décidé, le mercredi 2 mars au matin, de tuer autant de soldats américains que possible. Il aurait voulu venger le prétendu viol d'Afghanes par des GI's que montrait un montage vidéo diffusé sur internet.

En début d'après-midi, il se rend à l'aéroport de Francfort en transports en commun, muni d'un pistolet et d'un couteau dans son sac à dos, de munitions et d'un second couteau dans une pochette autour de la taille.

Il repère une dizaine de soldats américains fraîchement arrivés d'Angleterre, en train de charger leurs bagages dans un bus militaire qui doit les conduire à la base aérienne américaine de Ramstein, leur dernière étape avant l'Irak ou l'Afghanistan. Le jeune homme se fait offrir une cigarette par l'un des militaires. Il s'assure qu'il a bien affaire à des Américains dont la destination est l'Afghanistan, puis charge discrètement son arme.

Jugement début 2012

A bout portant, il tire sur un soldat de 25 ans qui se trouvait près du bus. Atteint de dos d'une balle dans la tête, la victime mourra peu après. Puis Arid Uka s'engouffre dans le bus et tue le chauffeur, un militaire de 21 ans, également d'une balle dans la tête.

Aux cris répétés de «Allah akbar» («Dieu est le plus grand»), il fait encore feu sur deux soldats de 21 et 25 ans dans le couloir du bus, les blessant grièvement à la tête et au corps.

Alors qu'il s'apprête à tirer sur un autre soldat de 22 ans qui tente de s'abriter derrière des sièges, son arme s'enraye. Il s'enfuit dans les halls de l'aéroport, poursuivi par un soldat. La police l'arrête peu après. Il est depuis en détention provisoire.

Le tribunal de grande instance de Francfort prévoit dix jours de procès et un jugement début 2012.

L'Allemagne, où ont été en partie préparés les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, a déjoué en septembre 2007 des attentats anti-américains dans la région du Sauerland, dans l'ouest du pays. Trois hommes, dont deux convertis à l'islam, ont été condamnés l'an dernier à des peines allant de 5 à 12 ans de prison pour complot.

Et fin avril les autorités ont affirmé avoir tué dans l'oeuf un projet d'attentat, en démantelant une cellule dont le chef, marocain, était commandité par Al-Qaida.