Libye en direct: Kadhafi et son entourage cernés à Tripoli, selon les rebelles

C.C. avec Reuters

— 

Les insurgés libyens continuent de célébrer la prise du QG de Mouammar Kadhafi, à Tripoli alors que celui-ci reste introuvable.
Les insurgés libyens continuent de célébrer la prise du QG de Mouammar Kadhafi, à Tripoli alors que celui-ci reste introuvable. — TURKIA HAMZA/CHINE NOUVELLE/SIPA

20h50: Vidéo, les combattants anti-Kadhafi poursuivent leur route vers Syrte
20h18: Les partisans de l'opposition lybienne auraient améné leurs familles dans la luxueuse maison d'Aïcha, la fille de Kadhafi, pour une baignade de célébration (Reuters)
19h29: Les membres du Conseil national de transition (CNT) arrivent à Tripoli
Ils vont tenir une conférence de presse.
18h43: Kadhafi et son entourage cernés à Tripoli, dit un membre du CNT
Les forces rebelles encerclent un secteur de Tripoli où Mouammar Kadhafi et son entourage se cachent, et elles surveillent leur présence avant de tenter de les capturer, a affirmé un membre du Conseil national de transition (CNT). «Le secteur où ils se trouvent est assiégé», a déclaré à Reuters le ministre de la Justice du CNT, Mohamed al Alagi. «Les insurgés surveillent le secteur». Alagi n'a pas voulu préciser où Kadhafi serait retranché. D'autres responsables des insurgés ont déclaré penser que Kadhafi a trouvé refuge dans le quartier d'Abou Salim, dans le sud de la capitale libyenne, où ont eu lieu des affrontements ces derniers jours (Reuters).
17h51: Vidéo, l'Otan bombarde Syrte, bastion de Mouammar Kadhafi


17h22: Vidéo, l'Union africaine veut favoriser «une transition consensuelle»

16h12: La compagnie pétrolière arabe, Agoco, a déclaré que les compagnies pétrolières étrangères attendaient d'avoir des garanties de sécurité supplémentaires avant de reprendre leurs activités, selon Reuters
15h29: Alger nie lier la reconnaissance du CNT à la lutte anti-Al Qaïda
L'Algérie a démenti tout lien entre son éventuelle reconnaissance du Conseil national de transition des rebelles libyens et leur engagement à lutter contre l'activisme islamiste. Une source au sein du gouvernement algérien a déclaré jeudi à Reuters que l'Algérie n'était pas encore disposée à reconnaître le CNT et qu'elle voulait s'assurer que les nouveaux dirigeants libyens s'engageraient à lutter contre la branche nord-africaine d'Al Qaida. L'Algérie se relève encore d'un long conflit avec les activistes islamistes qui a fait environ 200.000 morts dans les années 1990. Son gouvernement redoute que le chaos libyen ne puisse être exploité par Al Qaïda au Maghreb islamique.                             
15h25: L'Union africaine ne reconnaîtra pas explicitement le Conseil national de transition (CNT)
L'Union africaine en tant qu'institution ne reconnaîtra pas explicitement le Conseil national de transition (CNT) mis en place par les rebelles libyens en lutte contre le régime de Mouammar Kadhafi, a appris Reuters de source diplomatique occidentale. Des responsables africains ont toutefois déclaré que vingt pays d'Afrique - sur les 54 qui composent l'UA - avaient individuellement reconnu l'instance dirigeante des insurgés. «Le Conseil pour la paix et la sécurité de l'UA comprend des pays qui ont soutenu Kadhafi dans le passé ou qui lui sont débiteurs de certaines choses. Ils ne reconnaîtront pas le CNT», a dit un diplomate proche des négociations au sein de l'UA qui se déroulent à Addis-Abeba.
14h46: Selon Al Jazeera, des combats auraient lieu entre les rebelles et les pro-Kadhafi dans la ville côtière de Ras Ajdir, à la frontière avec la Tunisie
14h41: Combats autour de l'aéroport, les rebelles se veulent rassurant
Malgré les combats intenses qui font rages autour de l'aéroport de Tripoli, le porte-parole des rebelles, Aref Ali Nayed, a déclaré à la BBC: «La ville est sous notre contrôle ou, plus précisément sous le contrôle du peuple libyen, et de la jeunesse libyenne et cette jeunesse est coordonnée par un Comité suprême pour la sécurité».
13h53: L'aviation britannique a bombardé le bunker de l'état-major de Kadhafi à Syrte
Des avions britanniques Tornado ont tiré des missiles de croisière dans la nuit de jeudi à vendredi contre un bunker servant d'état-major aux forces libyennes fidèles à Mouammar Kadhafi à Syrte, a fait savoir le ministère de la Défense à Londres. «Vers minuit, une formation de Tornado GR4(...) a tiré des missiles guidés de précision, Storm Shadow, contre un vaste bunker servant d'état-major, à Syrte», précise le ministère dans un communiqué. Les Tornado avaient décollé de la base Marham de la Royal Air Force à Norfolk, dans l'est de l'Angleterre.
13h21: L'aéroport de Tripoli bombardé par les pro-Kadhafi
Les forces de Mouammar Kadhafi bombardaient l'aéroport de Tripoli, contrôlé par les rebelles libyens, rapporte la chaîne de télévision Al Arabiya. Un avion a été touché dans les bombardements, ajoute la chaîne panarabe.
13h17: Situation critique à l'hôpital d'Abou Salim, à Tripoli, par Al-Jazira (attention, certains images peuvent choquer)
13h08: Kadhafi voulait transformer Lampedusa en «enfer»
L'Italie a des preuves que Mouammar Kadhafi voulait transformer en «enfer» la petite île italienne de Lampedusa, entre la Tunisie et la Sicile, en y envoyant par mer des milliers de migrants africains, a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères. L'Italie, il y a peu encore une proche alliée de Kadhafi, a provoqué la rage du «guide» en se joignant à la campagne de l'Otan qui a permis aux rebelles de se rendre maîtres, au bout de six mois, de la majeure partie du territoire libyen. «Nous avons des preuves que des ordres ont été donnés par le gouvernement de Kadhafi pour faire de Lampedusa un enfer: "mettez des milliers de gens désespérés dans des bateaux et plongez l'île dans le chaos"», a indiqué Franco Frattini, au journal de l'épiscopat italien, Avvenire. Selon le gouvernement italien, il existe aussi des «messages» montrant que les autorités libyennes ont ordonné de mettre des vêtements civils à des soldats tués afin d'accuser l'Otan de «bavures». Depuis le début du soulèvement contre Kadhafi à la mi-février, des dizaines de milliers de migrants sont arrivés à Lampedusa, mal préparée à un tel afflux de réfugiés. Au total, l'Italie a dû prendre en charge 50.000 migrants venus d'Afrique du Nord depuis le début de l'année, a précisé Franco Frattini.
12h33: L'étonnante passion de Mouammar Kadhafi pour Condoleezza Rice
Le «Guide» de la révolution n'était pas si hostile que ça à l'encontre des Américains. La preuve? Il cultivait une passion secrète pour Condoleezza Rice, illustrée par un album-photo entièrement consacré à l'ancienne secrétaire d'Etat de l'administration Bush, retrouvé dans sa résidence de Tripoli, rapporte le blog du Monde, «Big Browser». Ce dernier n'oublie pas de rappeler que Mouammar Kadhafi avait tout de même exprimé plusieurs fois son attraction pour celle qu'il surnommait «Leezza». «J'admire et je suis très fier de la façon dont elle se penche en arrière et donne des ordres aux dirigeants arabes. (...) Leezza, je l'aime vraiment beaucoup. Je l'admire et je suis fier d'elle, parce que c'est une femme noire d'origine africaine», avait-il déclaré en 2007, avant de la rencontrer un an plus tard et de lui offrir pour plus de 200.000 dollars (environ 140.000 euros) de cadeaux. Si Condoleezza Rice n'a pas commenté cette découverte, un porte-parole du Département d'Etat ne s'est pas montré surpris «mais c'est profondément bizarre et profondément effrayant».
11h55: Le CNT visera une reconnaissance de l'ONU en septembre
Le gouvernement des rebelles libyens briguera sa reconnaissance officielle aux Nations unies le mois prochain, a annoncé le Premier ministre du Conseil national de transition (CNT). «Nous espérons que la Libye occupera le siège qu'elle détient aux Nations unies», a déclaré Mahmoud Djibril à Istanbul, après une rencontre avec le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu. Il a ajouté qu'il était vital que le CNT puisse recevoir une aide financière pour offrir tous les services nécessaires au peuple libyen. Les rebelles, qui luttent toujours contre des poches de résistance loyalistes à Tripoli et sont à la recherche de Mouammar Kadhafi, ont annoncé leur décision de gouverner le pays de Tripoli. Jusqu'à présent, le CNT siégeait à Benghazi, la grande ville de Cyrénaïque, dans l'est du pays.
11h43: Kadhafi n'est pas une «cible» pour l'Otan
Le ministre de la Défense britannique Liam Fox a indiqué à la BBC que le dirigeant libyen ne constituait pas une «cible» pour l'Otan, mais qu'il était important d'empêcher le régime de contre-attaquer et mettre les civils en danger. Liam Fox a également salué le transfert du CNT à Tripoli.
11h24: Les insurgés contrôlent le quartier d'Abou Salim, à Tripoli
Le quartier d'Abou Salim, à Tripoli, est désormais sous le contrôle des insurgés, rapporte Al-Jazira. En revanche, les combats se poursuivent à Ghargour et autour du QG de Mouammar Kadhafi. Un assaut se prépare également à Syrte, le fief natal du dirigeant libyen.
11h13: L'Union africaine vers une reconnaissance du CNT
L'Union africaine (UA), dont Mouammar Kadhafi fait partie des créateurs, pourrait annoncer dès ce vendredi la reconnaissance du Conseil national de transition (CNT) comme gouvernement légitime de la Libye, indique une source sud-africaine. Le soutien de l'UA serait une avancée diplomatique importante pour le mouvement formé par les rebelles, déjà reconnu par plus de 40 pays comme le gouvernement effectif de la Libye. «Il y a une forte possibilité que l'Union africaine reconnaisse le CNT ce vendredi mais appelle à l'inclusion du régime Kadhafi dans le gouvernement de transition», a déclaré une source au sein du gouvernement sud-africain. Le Conseil pour la paix et la sécurité de l'UA doit se réunir ce vendredi en Ethiopie pour aborder la situation libyenne. Kadhafi a été l'un des principaux inspirateurs de l'UA, qui regroupe 54 pays africains.Il présidait l'organisation en 2009. L'UA a proposé un plan de transition du pouvoir en Libye qui a largement été ignorée par les puissances occidentales, ce qui a, selon des experts, vexé plusieurs pays africains alliés de longue date de Mouammar Kadhafi. Le président sud-africain Jacob Zuma n'a pas ménagé ses efforts durant les six mois de conflit pour négocier une paix entre le colonel libyen et les rebelles mais ses deux visites en Libye n'ont produit aucun résultat.
10h33: Des forces spéciales françaises sur le sol libyen?, par France 24
9h43: Nicolas Sarkozy et David Cameron se rendront prochainement en Libye
Dès que Mouammar Kadhafi aura été mis hors d'état de nuire, Nicolas Sarkozy et David Cameron se rendront en Libye, ont indiqué au Parisien des proches du chef de l'Etat. Nicolas Sarkozy envisagerait de visiter Tripoli, ainsi que les villes rebelles de Benghazi et Misrata.
9h39: Mouammar Kadhafi serait à Syrte
Le dirigeant libyen aurait été repéré dans son fief de Syrte, ont indiqué au Parisien des proches de Nicolas Sarkozy. La ville subie actuellement l'assaut des insurgés libyens, appuyés par les moyens militaires de l'Otan.
9h33: Le lobbying du régime Kadhafi pour mettre fin à l'intervention de l'Otan en Libye
Des documents retrouvés à Tripoli démontrent que le régime Kadhafi aurait pratiqué un intense lobbying ces derniers mois auprès de personnalités politiques américaines afin de mettre fin à l'intervention de l'Otan, révèle le Guardian. Le régime craignait une possible invasion de la Libye par la coalition internationale en septembre ou octobre prochain.
9h15: Le Conseil national de transition (CNT) va s'installer à Tripoli, par l'AFP
9h12: Les combats se poursuivent à Tripoli, dans le quartier d'Abou Salim, par l'AFP
9h11: La maison d'Aïcha Kadhafi, fille du dirigeant libyen, pillée à Tripoli, par l'AFP
9h10: Un bateau d'évacuation a enfin pu accoster à Tripoli, par l'AFP
9h09: Kadhafi toujours invisible, mais pas muet, par France 24

Mouammar Kadhafi, toujours insaisissable, continue de narguer ses adversaires libyens comme occidentaux alors que certains de ses partisans poursuivent leur combat à Tripoli et ailleurs en Libye.

Les insurgés et leurs appuis, essentiellement occidentaux, tentent cependant de tourner au plus vite la page de ses 42 années de pouvoir. Les premiers ont annoncé que leur Conseil national de transition (CNT) avait commencé à s'installer à Tripoli tandis que les seconds tentent de débloquer des fonds pour financer la reconstruction et la relance de l'économie.

Dans un court message sonore diffusé par des chaînes de télévision qui lui sont fidèles, Mouammar Kadhafi a appelé jeudi les tribus à combattre «l'intervention étrangère» et à détruire les forces rebelles à Tripoli. Il affirme que ses partisans constituent «la majorité écrasante» de la population libyenne et il leur demande de marcher sur Tripoli avec femmes et enfants pour «purifier» la ville «des rats, des croisés et des infidèles».