USA: Les clandestins divisent les républicains

©2006 20 minutes

— 

A New York, de notre correspondant

La bataille de l'immigration, qui a commencé hier au Sénat américain et durera plusieurs semaines, pourrait coûter cher aux républicains lors des élections générales de novembre. L'affrontement se joue en fait depuis des mois. L'immigration est devenue le deuxième sujet de préoccupation des Américains, derrière la guerre en Irak, selon les sondages. Les deux camps s'accordent sur une chose : la politique d'immigration, qui a produit 12 millions de clandestins, est inefficace. Le consensus s'arrête là. D'un côté, on réclame la régularisation des sans-papiers, de l'autre la fermeture des frontières.

Le problème pour les républicains, c'est qu'il ne s'agit pas d'un affrontement droite-gauche. Le clivage passe au sein même du parti de George W. Bush. Comme le Président, certains penchent pour la régularisation, via un permis de travail. Ils évitent ainsi de se mettre à dos les électeurs hispaniques (qui ont manifesté ce week-end) et, surtout, font preuve de réalisme économique : les immigrés sont indispensables à l'économie américaine qui connaît un taux de chômage inférieur à 5 %. Grâce à un accord entre républicains modérés et démocrates, cette tendance tient la corde au Sénat. Mais en face, la Chambre des représentants, tenue par les plus conservateurs, refuse toute régularisation et veut construire un mur frontalier pour refouler le million de clandestins qui arrivent chaque année du Mexique.

Emmanuel Saint-Martin

Le secrétaire général de la Maison Blanche, Andrew Card, en fonction depuis janvier 2001, a démissionné hier.