Victoire tiède pour Kadima en Israël

©2006 20 minutes

— 

jérusalem

De notre correspondante

Un succès très mitigé. Au QG du parti Kadima, créé par Ariel Sharon en novembre dernier et en tête dans les sondages tout au long de la campagne électorale, l'ambiance était fébrile, hier. Deux grands posters de Sharon souriant trônaient des deux côtés du grand écran sur lequel se sont finalement affichées les premières estimations du scrutin. Des résultats bien ternes, certains parlant même d'échec. Avec seulement 29 à 32 sièges sur 120 selon les estimations, bien loin des 40 espérés, le leader de Kadima, et Premier ministre par intérim, Ehoud Olmert, va avoir des difficultés à former un cabinet de coalition.

Plus chanceux, les travaillistes d'Amir Peretz obtiennent 22 sièges, deux de plus qu'espéré. Un score qui met Peretz en position de force pour obtenir le poste convoité de ministre de l'Economie et appliquer son programme social. En fait, selon ces estimations, le grand gagnant du scrutin est le parti russophone Israël Beiteinou. Avec 14 sièges, le parti d'extrême droite devient la troisième force politique du pays, devant le Likoud, qui subit une cuisante défaite.

Autre fait marquant : le taux d'abstention historique (40 %). Toute la journée, les leaders politiques ont pourtant appelé au vote. Des volontaires travaillistes ont téléphoné aux indécis, ceux de Kadima ont envoyé des SMS et le Likoud a organisé un système de taxis pour permettre aux personnes âgées d'aller voter. Pourtant rien n'y a fait, les Israéliens ont préféré profiter de ce jour chômé pour fréquenter les sites touristiques de Jérusalem ou les plages de Tel-Aviv.

Céline Bruneau

avec Clémence Lemaistre (à Paris)