L'Egypte étudie la situation à sa frontière avec Israël

Reuters

— 

Le gouvernement égyptien devait discuter lundi de l'insécurité qui prévaut dans le Sinaï tandis que l'opinion publique réclame une réponse ferme après la mort de cinq policiers égyptiens tués par l'armée israélienne à la frontière des deux pays.

Les policiers ont trouvé la mort alors que Tsahal traquait des activistes qui avaient tué huit Israéliens jeudi près du port d'Eilat. Selon l'Etat juif, les assaillants étaient entrés sur son territoire via le Sinaï égyptien en venant de Gaza.

Le Caire, estimant que la mort des cinq policiers portait atteinte au traité de paix israélo-égyptien de 1979, a annoncé qu'il allait rappeler son ambassadeur en signe de protestation. Israël a présenté des regrets à leur sujet, mais beaucoup exigent en Egypte des sanctions plus marquées.

Le chef de la Ligue arabe demande le retour immédiat de l'ambassadeur égyptien

Un groupe de dirigeants politiques, comprenant l'ancien chef de la Ligue arabe Amr Moussa et d'autres candidats à la présidence égyptienne, a demandé lundi le retour immédiat de l'ambassadeur égyptien, un renforcement des troupes déployées au Sinaï et la comparution devant la justice égyptienne des Israéliens responsables de la mort des cinq policiers.

«L'Egypte d'après la révolution de janvier n'est pas celle d'avant. Le régime corrompu, oppresseur et accommodant est parti pour de bon», disent-ils dans un communiqué publié dans la presse. Le gouvernement de l'ex-président Hosni Moubarak, évincé en février, «a été remplacé par une volonté populaire forte, qui ignore la (...) complicité et sait comment obtenir réparation pour le sang des martyrs.»

Mohammed Selim el Awa appelle à la retenue

Mais l'islamiste Mohammed Selim el Awa, autre candidat à la présidence, prône la retenue. «Toute escalade militaire avec Israël serait une sottise à l'heure actuelle, vu la situation dans le pays», souligne-t-il dans le journal Al Masry al Youm.

Durant le week-end, des centaines d'Egyptiens ont manifesté devant l'ambassade d'Israâl au Caire. L'un d'eux est devenu un héros après avoir escaladé le bâtiment pour en retirer le drapeau blanc et bleu frappé de l'étoile de David et le remplacer par les couleurs égyptiennes.

Le ministre égyptien de l'Information, Ossama Heikal, a déclaré à la télévision nationale: «L'engagement qui lie l'Egypte au traité de paix avec Israël (...) doit avoir pour contrepartie un engagement égal ainsi qu'un ajustement des paroles et du comportement israéliens (...).»