Libye: Où se cache Mouammar Kadhafi?

MONDE Le dirigeant libyen n'a pas encore été localisé et son avenir est toujours incertain...

Corentin Chauvel avec Reuters

— 

Images de la télévision libyenne diffusées le 13 juin 2011 montrant le colonnel Mouammar Kadhafi en train de rencontrer le joueur d'échecs russe Kirsan Ilyumzhinov à Tripoli, le 12 juin 2011.
Images de la télévision libyenne diffusées le 13 juin 2011 montrant le colonnel Mouammar Kadhafi en train de rencontrer le joueur d'échecs russe Kirsan Ilyumzhinov à Tripoli, le 12 juin 2011. — AFP PHOTO/LIBYAN TV

Le colonel reste introuvable. Alors que les insurgés libyens occupent 80% de Tripoli ce lundi matin, tous les regards sont tournés vers le QG de Mouammar Kadhafi qui fait l’objet d’intenses combats. Cependant, personne ne sait vraiment à l’heure actuelle où se trouve le dirigeant libyen.

>> La situation en Libye est à suivre en direct par ici

Des sources diplomatiques ont affirmé qu’il n’avait pas bougé de sa résidence fortifiée de Tripoli, mais des rumeurs courent dans la capitale libyenne indiquant qu’il serait déjà parti pour l’Algérie ou le Tchad, selon Al-Jazira. Trois de ses fils, dont Saïf al Islam, ont eux été arrêtés par les insurgés et se trouvent ce lundi en résidence surveillée à Tripoli. 

Un avenir sud-africain?

L’avenir de Mouammar Kadhafi n’est quant à lui pas fixé. Plusieurs médias ont évoqué l'Afrique du Sud comme possible destination d'exil alors qu’une rumeur, démentie par Pretoria, a circulé dimanche soir évoquant l'arrivée à Tripoli de deux avions sud-africains. Cependant, l'Afrique du Sud ne cherche pas à faciliter le départ de Mouammar Kadhafi et ne sera pas la destination du colonel libyen en cas de départ, a déclaré ce lundi la ministre sud-africaine des Affaires étrangères.

Maite Nkoana-Mashabane s'est dit certaine que Mouammar Kadhafi ne demanderait pas l'asile dans son pays, ajoutant par ailleurs que l'Afrique du Sud, en cas de départ du dirigeant libyen, ne reconnaîtrait pas le Conseil national de transition des rebelles dans l'immédiat.

Le Zimbabwe, l’Angola ou encore Malte ont également été évoqués comme destinations possibles pour un exil du «Guide» de la révolution. Mais le gouvernement maltais a d'ores et déjà fait savoir qu'il transfèrerait immédiatement à la Cour pénale internationale (CPI) tout dirigeant libyen se présentant sur son territoire. Mouammar Kadhafi et certains de ses proches font en effet l’objet de mandats d’arrêt de la part de la CPI. Le Conseil national de transition a indiqué pour sa part que le peuple libyen déciderait seul de leur présentation ou non devant la justice.

Reste encore la ville de Syrte, qui se situe dans sa région natale, et dans laquelle il pourrait encore bénéficier de soutiens prêts à le cacher.