L'ancien Premier ministre du Kosovo rejugé par le TPIY pour des crimes de guerre

© 2011 AFP

— 

L'ancien Premier ministre kosovar Ramush Haradinaj et deux de ses alliés comparaissent cette semaine devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui doit les rejuger pour des crimes commis durant la guerre du Kosovo (1998-1999), une première dans l'histoire du tribunal.

A partir de jeudi, Ramush Haradinaj, 43 ans, ancien dirigeant de l'Armée de libération du Kosovo (UCK), et Idriz Balaj, 39 ans, commandant spécial des «Aigles noirs» au sein de cette armée, seront rejugés pour six chefs d'accusation de crimes de guerre comprenant meurtre, traitement cruel et torture.

Un héros pour les Albanais du Kosovo

Un troisième accusé, Lahi Brahimaj, 41 ans, un autre ancien responsable de l'UCK, sera rejugé pour quatre chefs d'accusation.

Plus haut responsable kosovar jamais poursuivi par le TPIY, Ramush Haradinaj est considéré comme un héros par les Albanais de souche au Kosovo. Lui et ses deux co-accusés sont poursuivis pour avoir essayé d'imposer un contrôle militaire total dans une région située à l'ouest de Pristina pendant la guerre qui fit rage au Kosovo en 1998-1999. Ils sont accusés d'avoir tué, torturé et battu des civils serbes, des opposants politiques ainsi que des personnes soupçonnées de collaborer avec les Serbes.

Les trois hommes comparaissent à nouveau devant le TPIY après que la chambre d'appel du tribunal a ordonné le 21 juillet 2010 qu'ils soient rejugés partiellement au motif que des témoins ont fait l'objet de «graves intimidations» durant le procès en première instance. Celui-ci avait duré plus de dix mois en 2007-2008.

Reconnu non coupable en 2008

«C'est la première fois que le tribunal tient un nouveau procès partiel», a expliqué à l'AFP Nerma Jelacic, porte-parole du TPIY. «Le but est de donner l'occasion à l'accusation de lire les éléments de preuve qu'elle n'a pas pu présenter de façon appropriée» en première instance, a-t-elle ajouté.

Ramush Haradinaj et Idriz Balaj avaient été reconnus non coupables en avril 2008 de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Lahi Brahimaj avait, pour sa part, été jugé coupable de tortures et condamné à six ans de prison.

Le 21 juillet 2010, la chambre d'appel du TPIY avait toutefois donné raison au procureur qui affirmait n'avoir «pas pu obtenir suffisamment de temps pour ... obtenir la déposition de deux témoins clés».

Détenus au quartier pénitentiaire du TPIY

De l'avis de la chambre d'appel, en refusant d'accorder de temps supplémentaire, la chambre de première instance avait commis une «erreur» qui avait «mis à mal l'équité du procès» et «avait entraîné une erreur judiciaire». Elle avait par conséquent infirmé certaines des décisions de la chambre de première instance et ordonné un nouveau procès partiel.

Ramush  Haradinaj et ses deux co-accusés attendent l'ouverture de leur nouveau procès depuis juillet 2010 au quartier pénitentiaire du TPIY à La Haye où ils sont détenus, a indiqué Nerma Jelacic.

Le procureur du TPIY avait initialement requis 25 ans de prison à l'encontre des trois hommes.