Libye: Les rebelles du Conseil national de transition nient être en pourparlers avec Kadhafi

CONFLIT Des rumeurs faisaient état de négociations secrètes en Tunisie pendant le week-end...

Reuters

— 

Des milliers de Libyens célèbrent le mandat d'arrêt international de la Cour pénale internationale contre Mouammar Kadhafi, le 27 juin 2011 à Misrata, en Libye.
Des milliers de Libyens célèbrent le mandat d'arrêt international de la Cour pénale internationale contre Mouammar Kadhafi, le 27 juin 2011 à Misrata, en Libye. — G. GUERCIA/AFP PHOTO

Le Conseil national de transition (CNT) mis en place par les insurgés libyens n'est en négociations ni avec le gouvernement de Mouammar Kadhafi ni avec l'émissaire de l'Onu pour la Libye en vue d'un règlement du conflit intérieur, a déclaré mardi le chef du conseil.

«Le CNT tient à assurer qu'il n'y a pas de négociations, directes ou indirectes, avec le régime de Kadhafi ni avec l'émissaire spécial des Nations unies», a dit Moustafa Abdeldjeïl lors d'un point de presse avec le concours d'un interprète.

Interrogé sur les informations qui faisaient état ce week-end de négociations secrètes dans l'île tunisienne de Djerba, il a démenti que des discussions aient lieu en coulisse avec des représentants de Mouammar Kadhafi.

«Je tiens à affirmer que le CNT ne sait rien de ces discussions (...) Toute consultation, tout contact politique devrait s'effectuer par l'intermédiaire de ce conseil ou avec lui», a ajouté Moustafa Abdeldjeïl.

Le CNT a toujours nié qu'il cherche à conclure un compromis avec le dirigeant libyen, répétant qu'après 41 ans d'exercice du pouvoir ce dernier devait partir ou être évincé par la force.

Kadhafi dément également

Un porte-parole du colonel Kadhafi a lui aussi assuré ne pas négocier avec les dirigeants rebelles.

L'émissaire de l'Onu Abdel Elah al Khatib, qui cherche un moyen de mettre fin au conflit en Libye, devait rencontrer lundi un haut responsable tunisien. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a aussi déclaré dimanche à Tunis qu'il rencontrerait «certainement (...) les parties libyennes».

Abdel Khatib s'est entretenu en différentes occasions avec des représentants des deux camps. Il effectue sa première visite dans la région depuis que les insurgés ont privé Tripoli de sa principale voie de communication terrestre avec la Tunisie.

Les informations relatives à des pourparlers secrets à Djerba ont coïncidé avec la défection apparente d'un haut responsable du ministère de l'Intérieur, qui a gagné Le Caire en provenance de Djerba lundi avec sa famille.