Monde

Brésil: 33 arrestations au ministère du Tourisme, sur fond de soupçons de corruption

La police brésilienne a effectué mardi un coup de filet au ministère du Tourisme en raison de soupçons de corruption liée à l'organisation d'événements sportifs, dans un climat déjà marqué par de nombreux scandales au sein du gouvernement de Dilma Rousseff.

Le vice-ministre du Tourisme Frederico Costa fait partie des 33 personnes du ministère du Tourisme et entrepreneurs arrêtées, selon la police fédérale brésilienne, qui a déployé près de 200 hommes lors de l'«operação Voucher». Parmi les personnes arrêtées figure aussi le secrétaire national du développement des programmes touristiques, Colbert Martins. La police croit que des millions de reais destinés à la formation professionnelle ont été détournés. Les personnes arrêtées pourraient être poursuivies pour fraude, détournement d'argent public et usurpation d'identité.

Trois ministres démissionnaires, accusés de corruption ou de manquements à l'éthique

Brasilia a lancé un vaste plan pour former les chauffeurs de taxi, les serveurs et le personnel hôtelier en vue de la Coupe du monde de football en 2014 et des Jeux olympiques de 2016 organisés à Rio de Janeiro. Le ministre du Tourisme Pedro Novais a été convoqué par la présidence pour s'expliquer mais devrait rester en poste pour le moment, a indiqué une source à Brasilia ayant requis l'anonymat. Depuis mai, Dilma Rousseff a vu trois ministres de son gouvernement démissionner, pour des accusations de corruption ou des manquements à l'éthique.

Le 4 août dernier, Nelson Jobim avait démissionné de son poste de ministre de la Défense après avoir confié qu'il avait voté pour José Serra et non pour Dilma Rousseff aux dernières présidentielles. En dépit des scandales de corruption qui touche son gouvernement, Dilma Roussef bénéficie toujours d'une cote de popularité très élevée, en raison notamment de la bonne santé de l'économie brésilienne et de son image de femme politique sérieuse et compétente.