Tribunal spécial pour le Liban: Beyrouth a remis un rapport sur l'affaire Hariri

Reuters

— 

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a annoncé ce mardi que les autorités libanaises lui avaient rendu compte des mesures prises pour rechercher et arrêter quatre personnes mises en cause dans l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri à Beyrouth en février 2005. Le TSL, basé aux Pays-Bas, n'a pas donné de précisions sur le rapport qu'il a reçu.

Mercredi dernier, le procureur du TSL avait déclaré qu'il examinait des documents et une vidéo fournis par le mouvement chiite libanais Hezbollah, dont sont membres les quatre suspects - Moustafa Amine Badreddine, Salim Jalim Ayyash, Hussein Hassan Oneissi et Assad Hassan Sabra. Le mois dernier, le numéro un du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a affirmé que ces inculpations étaient une manoeuvre destinée à nuire à son groupe et au nouveau gouvernement libanais.

Le TSL, dont la formation découle d'une décision du Conseil de sécurité de l'Onu, est chargé de se prononcer sur l'attentat au camion piégé qui avait fait au total 22 morts en février 2005 sur le front de mer à Beyrouth.