Chine: Une province érige un mémorial aux immigrés japonais puis le détruit sous la pression populaire

Reuters

— 

Une province du nord-est de la Chine a détruit un mémorial des immigrés japonais un mois après l'avoir construit en raison de l'indignation populaire, rapportent les médias officiels ce lundi.

Durant l'occupation japonaise en Chine, pendant la Seconde guerre mondiale, plusieurs milliers de Japonais se sont installés dans la province de Heilongjiang. Après la reddition du Japon, 5.000 d'entre eux sont morts de faim. Le comté de Fangzheng a inscrit les noms de 229 d'entre eux sur un mur de près de quatre mètres de haut. Mais la population a déploré cette dépense d'argent public pour rendre hommage à ceux qu'elle considère encore comme des envahisseurs, selon le quotidien officiel en langue anglaise, le China Daily.

Une «idée stupide»

La semaine dernière, cinq hommes ont défoncé le mur à coups de marteaux et l'ont aspergé de peinture rouge, ce qui a incité les autorités à l'abattre vendredi soir. «Le gouvernement provincial devrait dire à la population quel responsable a proposé cette idée stupide de construire un mémorial en hommage aux envahisseurs et devrait s'excuser pour avoir dépense 500.000 yuans (54.000 euros) du contribuable à mauvais escient», a dit un manifestant, Chen Fule, au journal.

Des millions de Chinois, civils et soldats, sont morts durant la guerre entre les deux pays et l'occupation japonaise de plusieurs régions entre 1931 et 1945, ce qui continue de peser sur les relations entre les deux premières économies d'Asie.