Proche-Orient: Lieberman veut qu'Israël couper tout contact avec Abbas avant l'ONU

Reuters

— 

Le ministre israélien des Affaires étrangères estime qu'Israël doit rompre tout contact avec l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas en raison du projet de ce dernier de faire reconnaître un Etat palestinien à l'ONU. Avigdor Lieberman a indiqué ce dimanche qu'il réclamerait «que nous rompions tout contact» avec l'Autorité palestinienne «le plus tôt possible», avant l'assemblée générale de l'Onu en septembre.

Les observateurs s'attendent à ce que les Etats-Unis, qui disposent du droit de veto au Conseil de sécurité des Nations Unies, bloquent toute tentative de faire reconnaître un Etat palestinien. Un plan alternatif verrait Mahmoud Abbas demander à l'Assemblée générale de l'Onu de faire passer la Palestine du statut d'observateur à celui d'Etat non-membre. Il est difficile de dire dans quelle mesure Avigdor Lieberman, issu de la frange nationaliste israélienne, peut convaincre le Premier ministre Benjamin Netanyahu de couper les ponts avec le président Abbas.

Inquiétude du gouvernement israélien

Ces propos, tenus à la sortie d'une réunion au parlement, montrent en tout cas l'inquiétude du gouvernement israélien face aux possibles conséquences du projet palestinien. Avigdor Lieberman s'est notamment inquiété qu'un changement de statut de l'Autorité palestinienne lui donne un accès plus large à la Cour pénale internationale, où les Palestiniens pourraient engager des poursuites pour crimes de guerre contre des soldats israéliens.

Le chef de la diplomatie israélienne a également critiqué les appels à la manifestation de plusieurs responsables palestiniens, qui souhaitent que l'initiative à l'ONU soit soutenue par un mouvement populaire. «Il est clair que l'Autorité palestinienne organise une violence et un carnage d'une ampleur jamais vue auparavant», a déclaré Avigdor Lieberman. «Imaginez simplement que 40.000 personnes essayent de charger» à un point de contrôle dans la région de Jérusalem, a-t-il dit.