Ukraine: Les pro-Timochenko maintiennent leur sit-in à Kiev malgré l'interdiction

© 2011 AFP

— 

Les partisans de l'ex-Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko ont maintenu ce dimanche leur sit-in dans le centre de Kiev sous haute surveillance policière pour obtenir la libération de l'opposante placée en détention vendredi en dépit de l'interdiction de la justice. Un tribunal de Kiev a interdit dans la nuit de samedi à dimanche tout rassemblement de l'opposition à proximité du tribunal qui juge l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko, dont les partisans ont organisé un sit-in pour protester contre l'incarcération.

La décision de justice interdit toute manifestation sur la principale avenue de Kiev, Khrechtchatik, où se trouve le tribunal et devant le centre de détention provisoire où est détenue Mme Timochenko pour la période entre le 7 et le 31 août, a rapporté l'agence Interfax-Ukraine. Les rassemblements sont également interdits sur la place de l'Indépendance ou Maïdan, haut lieu de la Révolution orange de 2004 dont Ioulia Timochenko était l'égérie et qui a porté au pouvoir un gouvernement pro-occidental.

Policiers anti-émeutes déployés

Une centaine de policiers anti-émeutes étaient déployés ce dimanche matin autour du camp de tentes improvisé installé sur Khrechtchatik à proximité du tribunal, a constaté une journaliste de l'AFP. Quelque 200 manifestants n'avaient pourtant pas l'intention de partir. «Nous resterons là malgré les tentatives de nous chasser. Nous n'avons pas peur, nous voulons que nos enfants vivent dans un pays normal», a déclaré à l'AFP Galina Zanko, 58 ans. Pour contourner la décision de justice, des députés pro-Timochenko ont transformé les tentes en «permanences» où ils accueillent des Ukrainiens.

Des partisans de Mme Timochenko ont organisé samedi un sit-in dans le centre de Kiev pour protester contre son placement en détention vendredi, qui a suscité de vives inquiétudes en Europe et aux Etats-Unis. Des sympathisants de l'opposante ont installé une trentaine de tentes près du tribunal, affichant leur intention de rester sur place jusqu'à sa libération.

L'opposante a été placée vendredi en détention provisoire par le tribunal où elle est jugée pour abus de pouvoir, après avoir accusé de «corruption» le chef du gouvernement Mykola Azarov, qui venait témoigner. Son procès doit reprendre lundi à 9h, heure de Paris.