Espionnage: Cuba confirme la condamnation d'Alan Gross

Reuters
— 

La Cour suprême de Cuba a confirmé  vendredi la condamnation de l'Américain Alan Gross à une peine de 15 ans  de prison pour espionnage au profit des Etats-Unis.

Alan Gross, qui séjournait à La Havane pour le compte d'une  entreprise de sous-traitance du département d'Etat, est emprisonné  depuis vingt mois. Il avait été placé en détention le 3 décembre 2009.

En mars 2011, cet homme de 62 ans avait été déclaré coupable d'avoir  introduit à Cuba des équipements de communication internet pour le  compte d'un programme américain visant à promouvoir les réformes  politiques sur l'île.

Alan Gross s'est défendu de vouloir nuire au régime cubain et a  expliqué qu'il cherchait simplement à étendre l'usage d'internet au sein  de la petite communauté juive de l'île.

Dans un communiqué, le gouvernement de La Havane a déclaré qu'Alan  Gross avait bénéficié de tous les droits et garanties prévus par la  Constitution cubaine.

Le cas d'Alan Gross a replacé les relations américano-cubaines au  point mort après une brève détente dans les mois qui ont suivi  l'accession de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis en janvier  2009.

Washington réclame la libération immédiate de son ressortissant. Son  épouse, Judy Gross, plaide pour qu'il soit relâché pour raisons  humanitaires.

Leur fille, ainsi que la mère d'Alan Gross, sont atteintes d'un  cancer et Alan Gross souffre lui-même de problèmes de santé. Il a perdu  45 kilos depuis sa détention.

Dans un communiqué, l'avocat d'Alan Gross, Peter Kahn, avoue qu'il  n'est pas surpris par la décision de la justice cubaine. Il réclame une  solution diplomatique et une intervention du président cubain Raul  Castro.

«Alan et toute sa famille paient un tribut personnel énorme à la  longue querelle politique entre Cuba et les Etats-Unis», dit-il.

Cuba reproche depuis longtemps aux Etats-Unis de détenir injustement  cinq ressortissants cubains condamnés en 1998 pour  espionnage.