Les coffee shops de Maastricht désormais interdits aux Français

TOURISME La ville souhaite réduire les nuisances liées au tourisme de la drogue, comme les problèmes de circulation, de tapage nocturne et la prolifération de vendeurs de drogue dans les rues...

© 2011 AFP

— 

Un coffee shop aux Pays-Bas, le 28 novembre 2008.
Un coffee shop aux Pays-Bas, le 28 novembre 2008. — REUTERS/Jerry Lampen

L'accès aux coffee shops de Maastricht, ville du sud-est des Pays-Bas, sera exclusivement réservé aux Néerlandais, Belges et Allemands à partir d'octobre pour réduire les nuisances liées au tourisme de la drogue, a-t-on appris ce vendredi auprès de ces établissements.

«La municipalité a fait savoir que des coffee shops seraient fermés si les nuisances ne diminuent pas», a déclaré à l'AFP Marc Josemans, propriétaire de l'«Easy Going» et président de l'Association des coffee shops officiels de Maastricht (VOCM), qui regroupe 13 des 14 établissements de la ville et est à l'origine de l'initiative. Environ 1,4 million de touristes de la drogue, principalement des Belges, Allemands et Français, se rendent annuellement dans les 14 coffee shops de la ville, provoquant problèmes de circulation, tapage nocturne et prolifération de vendeurs de drogue dans les rues.

«Pas ou peu de problèmes de circulation»

«Or, il est apparu dans une enquête que les clients qui viennent des pays limitrophes des Pays-Bas utilisent relativement souvent les transports en commun et ne causent donc par exemple pas ou peu de problèmes de circulation», a expliqué M. Josemans. En interdisant l'accès aux coffee shops aux Français, Luxembourgeois, Espagnols et Italiens notamment, les coffee shops de Maastricht, ville située à proximité des frontières belge et allemande, espèrent réduire les nuisances d'environ 20%.

Le gouvernement néerlandais est de son côté en train de plancher sur une proposition de loi visant à introduire la «carte cannabis», réservée aux habitants des Pays-Bas et obligatoire pour entrer dans l'un des 670 coffee shops du pays. Selon Jean Fransman, un porte-parole du ministère néerlandais de la Justice, un jugement rendu le 29 juin par le Conseil d'Etat, qui a estimé que le «critère de résidence» n'est pas contraire à la constitution néerlandaise, offre la possibilité d'introduire la "carte cannabis".