Attentats d'Oslo: Qu'apprend-on du «manifeste» d'Anders Behring Breivik?

ANALYSE Les obsessions d'Anders Behring Breivik s'égrènent dans les 1.518 pages de son manifeste...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le manifeste d'Anders Behring Breivik, qui a reconnu être l'auteurs des attentats d'Oslo, a été envoyé à de nombreuses personnes avant le drame.
Le manifeste d'Anders Behring Breivik, qui a reconnu être l'auteurs des attentats d'Oslo, a été envoyé à de nombreuses personnes avant le drame. — REUTERS/Francois Lenoir

>> Lire le manifeste ici. NB: Ce texte délirant contient des thèses racistes et islamophobes

Une œuvre testamentaire. C’est ce qu’a transmis par courriel Anders Behring Breivik, juste avant les attaques d’Oslo, qui ont conduit à la mort de 76 personnes dimanche dernier. Ce «manifeste» de 1.518 pages, rédigé pendant des années et estampillé de la croix des Templiers, raconte le projet meurtrier du Norvégien de 32 ans.

Celui qui se considère comme «chasseur de marxistes» ou encore comme «commandeur des chevaliers justiciers», rapporte le Nouvel Observateur, y détaille aussi ses convictions politiques, ses projets de déportation des musulmans en Europe, en un récit racontant ses difficultés à obtenir des armes ou réussir une bombe.

Que contient le manifeste?

En plus de 1.500 pages, Anders Behring Breivik explique sa vision du monde et son projet à la fois précis et délirant. Son but est de réussir à déclencher «une guerre préventive contre les régimes culturellement marxistes/multiculturalistes d’Europe» afin «de repousser, battre ou affaiblir l’invasion/colonisation islamique en cours».

Le manifeste contient également un journal de bord d’une centaine de pages rédigées ces dix dernières années, le détail de son projet et l’acquisition des armes et des produits explosifs, ainsi que le budget de l’opération, qu’il évalue à 317.000 euros au total.

Comment s’organise son projet?

Le Norvégien écrit que son projet remonterait à 2002 et à une rencontre à Londres avec huit autres personnes de «l’Ordre militaire et tribunal pénal européen-les chevaliers Templiers». Son «mentor» serait un Britannique nommé Richard. Selon le manifeste, la préparation effective du projet commence à l’automne 2009. Le jeune homme prévoit une «guerre civile européenne», relève Libération, divisée en trois étapes. La première concerne des actions spectaculaires par des cellules clandestines jusqu’en 2030, rapporte Le Monde.

La deuxième étape, jusqu'en 2070, annonce la mise en place de «groupes de résistance» en vue de la préparation de «coups d'Etat paneuropéens». Enfin, à partir de 2083, la déportation des populations musulmanes d’Europe se met en place, selon Anders Behring Breivik.

Que contient le journal intime, à la fin du «manifeste»?

La dernière partie de ce récit, soit une quinzaine de pages, ressemble à un journal intime. Anders Behring Breivik y écrit à la première personne, racontant presque jour après jour ses journées à peaufiner son projet dans une ferme isolée, jusqu’au jour des attaques. Par ce journal intime, en forme de manuel d’apprenti terroriste, il souhaite laisser assez d’indications pour être imité par des sympathisants

Qu’apprend-t-on sur la personnalité du tueur?

Décrit comme le gendre modèle et discret par son entourage et ses relations professionnelles, les écrits d’Anders Behring Breivik révèlent un autre visage. En 2007, le jeune homme décrit son processus de «désocialisation» afin d’«empêcher (ses proches et amis) de découvrir ce à quoi (il) consacre la plupart de (son) temps». Il refuse notamment les relations avec les femmes, afin de protéger ses secrets. Il maintient sporadiquement le contact avec son entourage, comme par exemple à l'automne 2009, quand il raconte avoir fêté un anniversaire avec des amis à Budapest (Hongrie).

Décrit comme un «fondamentaliste chrétien» par les enquêteurs, la réalité semble être différente. Durant ce voyage en Hongrie en 2009, le Norvégien écrit que «les filles hongroises sont très excitantes, dommage que je doive éviter les relations pour le bien de ma mission. Mais ça ne fait pas de mal de s'amuser un peu :). Je ne pense pas avoir consommé autant d'alcool depuis de nombreuses années, c'est tellement génial.»

En mars 2010, alors qu’il veut acheter des armes à Prague, en République Tchèque, il passe par des maisons closes et couche avec «deux femmes». Il confesse dans son journal que «baiser en dehors du mariage est un petit pêché en comparaison de toute la grâce que je vais répandre lors de mon opération martyre».

Que dit Anders Behring Breivik de la France?

La France est citée de nombreuses fois dans son manifeste, rapporte Le Figaro. Il estime que l’Hexagone est le pays européen le plus touché par l'islamisation, qu’il est celui où pourrait débuter la révolte qu'il espère. Parlant de «maladie française (…) en phase terminale», le Norvégien imagine qu’après 2083, une première zone de transit utilisée pour les déportations sera installée sur les côtes françaises.