Egypte: Le chef de l'armée accuse des «étrangers» d'être à l'origine des troubles

Reuters

— 

Le chef de l'armée égyptienne a accusé mercredi des étrangers de fomenter des troubles en Egypte.

«Il y a des acteurs étrangers qui mettent au point des projets spécifiques que certains individus réalisent dans le pays, sans le savoir», a déclaré le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui.  L'officier est à la tête du Conseil suprême des Forces armées (CSFA) qui dirige le pays depuis la chute du président Hosni Moubarak le 11 février dernier.

«Il est possible qu'il y ait un manque de compréhension, que les acteurs étrangers poussent le peuple vers des voies inappropriées», a ajouté Tantaoui, déclarant que ces étrangers «ne souhaitent pas la stabilité de l'Egypte».

Matraques et pistolets électriques

 Samedi dernier, des manifestants ont marché jusqu'au siège du ministère de la Défense pour réclamer une accélération des réformes. Ils se sont heurtés à d'autres civils munis de pierres et de cocktails Molotov. La police militaire, armée de matraques et de pistolets électriques, a tiré en l'air pour empêcher les manifestants d'approcher du ministère mais n'est guère intervenue pour stopper les affrontements, qui ont fait de nombreux blessés.

Le maréchal Tantaoui, que des militants ont déjà appelé à démissionner, a déclaré que l'armée n'était intervenue ni place Tahrir pendant la Révolution, ni samedi soir place Abbassia, où se sont produits les incidents. «C'est le peuple qui est intervenu», a-t-il indiqué, ajoutant que «l'armée avait protégé la révolution».

Tantaoui a assuré que l'armée était déterminée à remettre le pouvoir aux civils et a promis des élections libres et équitables. Des législatives sont attendues en novembre et l'élection présidentielle devrait avoir lieu en 2012.