Attentats d'Oslo: Anders Berhing Breivik est-il membre des «Chevaliers du Temple d'Europe»?

EUROPE Anders Berhing Breivik a déclaré appartenir à une organisation européenne. La Norvège cherche à vérifier ses dires.

Reuters

— 

Anders Behring Breivik, le Norvégien identifié par les médias comme étant le suspect arrêté par la policepour la double attaque à Oslo, le 22 juillet 2011.
Anders Behring Breivik, le Norvégien identifié par les médias comme étant le suspect arrêté par la policepour la double attaque à Oslo, le 22 juillet 2011. — REUTERS / scanpix Sweden / handout

En avril 2002, neuf militants européens d'extrême droite se réunissent dans le plus grand secret à Londres pour fonder les «Chevaliers du Temple d'Europe»: ils s'engagent à prendre le pouvoir et éradiquer l'islam du continent européen.
Neuf ans plus tard, l'un des participants, Anders Berhing Breivik, commet le plus grand massacre en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale en tuant 76 personnes. Il atteint au passage l'un des objectifs évoqués près de dix ans auparavant.

C'est du moins la version des événements livrée par les 1.500 pages du manifeste d'Anders Breivik, qui a reconnu être l'auteur de l'explosion d'une bombe devant les bureaux du Premier ministre à Oslo et du massacre sur l'île d'Utoya, proche de la capitale norvégienne, vendredi dernier. Depuis lors, les services de sécurité européens tentent de déterminer si Breivik fait partie d'une organisation d'extrême droite ou s'il a agi seul.

Selon les experts, aucun élément ne permet de confirmer l'existence de ces «Chevaliers du Temple d'Europe» ou la tenue d'une réunion dans la capitale britannique il y a neuf ans.

«La prudence s'impose», souligne Martin Feldman, spécialiste reconnu de l'extrême droite britannique qui dirige le groupe de recherche sur les nouveaux médias et l'extrémisme à l'université de Northampton. «Ce n'est pas parce qu'ils sont peu nombreux et passent inaperçus qu'ils n'existent pas.»

Une réunion chez un «protestant anglais»

Dans son manifeste «2083: une déclaration européenne d'Indépendance», Anders Breivik affirme que les Templiers, ordre religieux qui a participé aux croisades au Moyen-Âge, se sont reformés en 2002 pour combattre «le djihad européen en cours.»

La réunion de Londres s'est tenue chez un «protestant anglais», en présence de ressortissants de France, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Grèce, de Russie et de Serbie.

«Notre premier objectif est de développer les PCCTS (pauvres soldats du Christ et du temple de Salomon), les Templiers, pour devenir le plus grand mouvement révolutionnaire conservateur en Europe de l'Ouest dans les prochaines années», peut-on lire dans le manifeste.

Continuer à enquêter

Anders Breivik, qui ne plaide pas coupable, a déclaré appartenir à une organisation qui comporterait «deux autres cellules» en Norvège et d'autres à l'étranger.

Son avocat a estimé que son client était sans doute frappé de démence. Mais Martin Feldman estime, lui, qu'il est tout de même nécessaire d'enquêter sur ses affirmations: «Il semble urgent de voir s'il y a d'autres cellules en Europe de cet ordre des Templiers d'Europe.»

Selon une source à la police londonienne, qui prête main forte à son homologue norvégienne dans l'enquête, «nous étudions ces liens mais rien de probant n'est sorti jusqu'à présent qui nous permette de lancer une enquête d'ampleur ici.»