Double attaque en Norvège: Anders Behring Breivik, suspect numéro un en croisade

PORTRAIT Après l'attentat et la fusillade meurtriers de vendredi, la police norvégienne a arrêté un suspect, identifié par les médias comme étant Anders Behring Breivik...

Bérénice Dubuc

— 

Photo non datée d'Anders Behring Breivik, 32 ans, le Norvégien suspecté d'avoir perpétré la double attaque à Oslo, le 22 juillet 2011. 
Photo non datée d'Anders Behring Breivik, 32 ans, le Norvégien suspecté d'avoir perpétré la double attaque à Oslo, le 22 juillet 2011.  — REUTERS / scanpix Sweden / handout

Anders Behring Breivik. C'est celui que les médias norvégiens ont identifié comme étant le principal suspect du double attentat commis en Norvège vendredi. Cependant, la police se refuse pour le moment à confirmer son identité «pour les besoins de l'enquête».

 Le visage de ce «Norvégien de souche» âgé de 32 ans, grand, à la chevelure blonde mi-longue et aux yeux bleus, s'étale dans les médias norvégiens ce samedi matin. Sur son profil sur Facebook - désormais indisponible - , l'homme se décrit comme «conservateur», «chrétien», célibataire, intéressé par la chasse et par des jeux tels que World of Warcraft et Modern Warfare 2.

Un nationaliste hostile à l'islam

Six jours avant l'attaque, Anders B. Breivik avait ouvert un compte Twitter et posté un seul et unique message, une citation du philosophe anglais John Stuart Mill: «Une personne avec une croyance a autant de force que 100.000 personnes qui n'ont que des intérêts.» Selon le site Internet suédois Expressen, l'homme est actif sur des forums Internet d'extrême droite, où il se décrit lui-même comme un nationaliste, et où il a posté de nombreux textes hostiles à l'islam.

La police norvégienne le décrit un «fondamentaliste chrétien». Les éléments qu'il a postés sur Internet laissent penser qu'«il a certains traits politiques penchant vers la droite et antimusulmans mais il est trop tôt pour dire si cela a été un motif pour son geste», a déclaré le commissaire de police Sveinung Sponheim à la télévision publique NRK.

Selon un ami d'enfance de Breivik interrogé par le journal norvégien Verdens Gang (VG), le suspect acommencé à exprimer il y a plusieurs années des idées radicales, ainsi que des statuts controversés sur Facebook. Il refusait ainsi la société multiculturelle, mais prenait ses distances avec le néonazisme.

Des engrais chimiques utilisés comme explosifs

Selon TV2, Breivik appartient aux «cercles d'extrême droite» d'Oslo, et aurait eu trois armes enregistrées en son nom - un Glock, une caraine et un fusil de chasse -, selon VG. Des informations là encore non-confirmées par la police. Selon le Spiegel, Breivik a aussi été membre d'un club de tir à Oslo, où il a vécu toute sa vie. Il habitait encore chez sa mère, et avait servi dans l'armée norvégienne. Selon les listes fiscales, il n'avait aucun revenu pour l'année 2009 et des sommes extrêmement modiques au cours des années précédentes.

L'homme était apparemment à la tête d'une ferme biologique, la «Breivik Geofarm», fondée en 2009 à Rena, au nord d'Oslo. Une entreprise aurait pu lui donner accès à des engrais chimiques susceptibles d'être utilisés pour la confection d'explosifs. Le jour des attaques, Anders Behring Breivik a posté une vidéo sur Youtube. Il y détaille les devoirs qu'il estime être les siens dans la «croisade» qu'il entend mener contre l'islam et la marxisme.