Les Nations Unies déclarent la famine dans le sud de la Somalie

FAMINE Deux régions du sud de la Somalie, le sud de Bakool, et Lower Shabelle, sont concernées...

B.D. avec Reuters

— 

Des habitants du Sud de la Somalie en attente de recevoir des aides dans un camp de Mogadiscio, le 16 juillet 2011.
Des habitants du Sud de la Somalie en attente de recevoir des aides dans un camp de Mogadiscio, le 16 juillet 2011. — AP Photo/Farah Abdi Warsameh

Les Nations Unies ont déclaré ce mercredi la famine dans deux régions du sud de la Somalie, le sud de Bakool, et Lower Shabelle, du fait de la pire sécheresse que ce pays connaît depuis 60 ans. Une sécheresse exceptionnelle frappe actuellement la Corne de l'Afrique, du Kenya à l'Ethiopie à Djibouti et à la Somalie. Dix millions de personnes sont menacées dans cette zone, surnommée le «triangle de la mort».

«Les Nations unies ont déclaré ce mercredi que la famine existe dans deux régions du sud de la Somalie: le sud de Bakool, et Lower Shabelle», a indiqué le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) en Somalie. «Près de la moitié de la population somalienne - 3,7 millions de personnes - sont maintenant en crise, dont environ 2,8 millions de personnes sont dans le sud», a déclaré Mark Bowden, le coordinateur humanitaire de l'ONU pour la Somalie.

Plus de 10 millions de personnes sont touchées dans la Corne de l'Afrique

Une grave sécheresse a entraîné des pertes de bétai, de mauvaises récoltes et donc une flambée des prix alimentaires. La situation est telle dans la Corne de l'Afrique que plus de 10 millions de personnes sont touchées. En Somalie, cette crise vient s'ajouter aux combats qui font rage entre forces gouvernementales et rebelles dans la capitale, Mogadiscio. «Si nous n'agissons pas maintenant, la famine se propage à l'ensemble des huit régions du sud de la Somalie dans les deux mois, en raison de récoltes médiocres et les flambées de maladies infectieuses», a encore dit Mark Bowden.

La semaine dernière, les Nations Unies ont commencé à acheminer de l'aide alimentaire vers les régions de Somalie les plus durement touchées par la sécheresse. Les insurgés islamistes d'Al Chabaab ont de leur côté respecté leur engagement de laisser les convois et les travailleurs humanitaires circuler librement. L'Unicef a mis en place un pont aérien acheminant des vivres et des médicaments vers Baidoa en utilisant une piste aérienne dont les rebelles interdisaient jusque-là l'utilisation.

Les activités du PAM suspendues depuis 2010

Le Programme alimentaire mondial (Pam) a suspendu ses activités dans une majeure partie de la Somalie en 2010, après une requête des miliciens d'Al Chabaab, qui ne souhaitaient pas le voir intervenir dans les zones qu'ils contrôlent. C'est pour cette raison que l'ensemble des travailleurs humanitaires de la région ont été très surpris de la décision des islamistes, la semaine dernière, de les autoriser à pénétrer dans ces zones de manière temporaire.

Selon certains analystes, les membres d'Al Chabaab ne veulent prendre aucun risque de se mettre à dos la population, qui souffre de la sécheresse. Mais selon d'autres experts, ils ont pris cette décision d'autoriser la livraison de ces cargaisons afin de pouvoir se servir au passage.